Je viens témoigner de mon passage à l’abbaye Sainte-Croix fin janvier 2019.

Je suis médecin et Parkinsonien diagnostiqué depuis 2017.

 

J’ai connu le Pr FOURTILLAN par l’intermédiaire d’un autre confrère et par son site informatique.

 

J’ai accepté de participer librement à ce travail sans aucune contrainte physique ni psychologique. Chacun était libre de participer ou de refuser l’engagement proposé.

 

Actuellement, je suis sous traitement à la L-DOPA proposé par mon neurologue et ne peux pas porter de jugement sur l’efficacité des patchs pour cause de pénurie.

Connaissant le pronostic à moyen terme de la dopa-thérapie qui définit une rapide « lune de miel » à court terme pour aboutir à un échappement thérapeutique et le début des complications après 8 à 10 ans… le patient, que je suis, a pu se sentir désarmé.

 

La critique est aisée et il est toujours plus facile de discréditer et de traiter le Pr FOURTILLAN de « mystique » et de classer ces « éclopés de la vie » dans un mouvement à dérive sectaire. Un esprit éclairé et scientifique ne devrait-il pas rester ouvert ?

 

Avec tout le respect que je dois au Pr. DAMIER, ne serait-il pas plus instructif et positif, pour le bien de nos patients, de se pencher sur les quelques faits cliniques déjà présentés. L’apport de son approche universitaire serait un gage d’ouverture et d’apaisement.

 

La première des priorités pour un médecin n’est-elle pas d’écouter son patient ?                                                                                    

 

J’espère que l’espoir suscité par la découverte du Pr FOURTILLAN ne sera pas vain et que les quelques résultats déjà apportés réveillent la curiosité et non la froide censure de l’ANSM pour le bienfait d’une multitude de patients.

M BRUNO […]

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF