Mon époux est atteint de la maladie de Parkinson depuis 2004 et malgré les traitements classiques pour cette maladie, son état s’aggrave de plus en plus.

 

Nous avons entendu parler des patchs il y a 2 ans et nous sommes allé à Poitiers à l'automne 2017 et 2018 pour les patchs.

 

Il y a eu des dosages faits pendant la nuit, tout nous a semblé très sérieux (mon mari était médecin généraliste et moi pharmacien).

 

Nous avons été informés du financement ; tout a été transparent et c’est de notre plein consentement que nous avons demandé à faire partie des personnes qui allaient bénéficier des patchs.

 

Nous avons été régulièrement informés des difficultés rencontrées par le professeur JB Fourtillan dans la fabrication des patchs.

 

Il y a eu une très grande aggravation de l’état de mon mari pendant l’été et ayant été informé que les patchs allaient être disponibles en octobre j’ai demandé

au Professeur Fourtillan si on pourrait les avoir un peu plus tôt.

Il nous en a fait parvenir 20, les premiers jours rien, mais à partir d’une semaine l’état de mon mari s’est nettement amélioré et l’amélioration continue.

 

Et toutes les personnes de notre entourage en témoignent ; malheureusement il ne nous en reste très peu.

 

Mon mari recommence avoir de l’espoir, que son quotidien soit un peu plus vivable et nous espérons tous que les patchs vont enfin pouvoir être disponibles de façon régulière, les traitements habituels ne lui apportant plus aucune amélioration.

 

Monique […]

 Avec confiance et gratitude Monique

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF