Je voudrais témoigner également. Je suis Parkinsonien depuis 2011.

La maladie me fait vivre un véritable chemin de croix. Il n’existe pas de médicaments efficaces sur le marché. Ceux-ci provoquent des effets secondaires terribles, entre autres réjouissances, des dyskinésies.

Beaucoup de recherches sont consacrées à cette maladie. J’ai essayé beaucoup d’entre elles, j’ai donné beaucoup d’argent, j’ai beaucoup voyagé, en vain.

Aujourd’hui nous avons un professeur et chercheur, bardé de diplômes et de capacités multiples qui lui ont permis de découvrir « la  clef » qui nous permet de franchir le seuil de notre physiologie par la grande porte, on lui tourne le dos.

C’est une découverte fondamentale, essentielle.

Comment peut-on empêcher de faire profiter, à de milliers de malades, de cette thérapie sans risque ?

Quelle folie empare ces décideurs éphémères pour arriver à de telles énormités.

Ces personnes au pouvoir sont les mêmes personnes qui dénigraient, en ces temps reculés, Galilé, professeur et chercheur, en entamant une cabale à charge.

D'abord, ce ne sont que des escarmouches. Mais Sagredo écrit tout de même à Galilée24, fraîchement arrivé à Florence :

« La puissance et la générosité de votre prince (le grand-duc de Toscane) permettent d'espérer qu'il saura reconnaître votre dévouement et votre mérite ; mais dans les mers agitées des cours, qui peut éviter d'être, je ne dirai pas coulé, mais au moins durement secoué par les rafales furieuses de la jalousie ? »

J’espère que le grand-duc de Toscane inspirera notre président et que la santé et le confort de malades sera sa priorité.

Noël […]

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF