Je tiens, tout d’abord, à remercier le professeur Jean-Bernard Fourtillan de m’avoir accepté sur son programme de tests concernant les patchs de Valentonine mais aussi pour son engagement humain, scientifique et financier.

 

Pour les personnes qui, comme moi, cheminent avec la maladie de Parkinson, ainsi que pour nos familles, cette découverte représente en effet, l’espoir et sans aucun doute la réalité d’un avenir plus paisible.

 

Aussi, je formule le souhait le plus profond que nos responsables politiques examineront avec un esprit humaniste le bien-fondé de sa démarche.

 

Puisse l’investissement du professeur Fourtillan aboutir à une pleine reconnaissance de son travail sur les plans juridiques et médicaux.

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF