Carole […],

Parkinson

 

Le 6 mai 2019 j’ai assisté au théâtre Dejazet à Paris à la conférence du Professeur Fourtillan, présenté par le Pr Joyeux, sur la Valentonine comme aide possible dans le traitement de Parkinson. On ne m’a bien sûr pas confisqué mon téléphone comme cela a été écrit dans la presse.

 

 C’est seulement après que les auditeurs aient beaucoup insisté, à la fin de son intervention, que le Pr a proposé une possible intégration dans l’essai en cours avec les patchs. A aucun moment alors, ni depuis, je n’ai eu le sentiment d’être manipulée dans le déroulement des faits. Jamais l’accusation de sectarisme n’a eu de sens : libre d’entrer comme de sortir du protocole, la question de l’argent n’en étant pas une, puisque le Pr Fourtillan a confirmé à plusieurs reprises, aussi bien individuellement que collectivement, que les revenus modestes ne pouvaient être une source d’exclusion. Le dernier courrier à ce sujet, tout en rappelant le coût objectif de chaque traitement, demandait à minima que chaque patient s’engage à hauteur de 20 euros par mois, ce qui semble bien raisonnable !

 

Par ailleurs pourquoi la presse ne mentionne-t-elle pas que le Pr et sa femme ont eux-mêmes investi leur fortune personnelle dans la Recherche, sans se préoccuper du retour sur investissement ?

 

Pourquoi ces accusations outrées et ce vocabulaire fielleux ? « clandestin, sous le manteau, sauvage, illégal, patchs à 1000 euros » : accumulation de mauvaise foi.

 

Les medias hurlent au loup et entretiennent une diffamation toxique plutôt que de parler de la réalité, c’est à dire des effets de cette découverte sur les symptômes de la maladie, dont seuls les malades peuvent vraiment témoigner.

 

Si Mme Buzyn était atteinte par une maladie que la Valentonine améliore, souhaiterait –elle que cette découverte soit captive et empêchée par le ministère et la justice ?

 

On reproche au Pr Fourtillan d’avoir la foi, et j’ai l’impression d’assister à une nouvelle Inquisition, car vivre aujourd’hui sans renier une dimension spirituelle est suspect, surtout dans la science, qui se veut cartésienne, alors que Descartes lui-même a rêvé les bases de ce qui deviendrait le discours de la Méthode avant de l’écrire ! Mais qui veut noyer son chien l’accuse d’avoir la rage, et il semble y avoir une volonté de noyer la Valentonine plutôt que de lui faire une place, et cela dans le déni et le mépris des milliers de personnes concernées par la maladie. Quelle honte !

L’idée que les patients sont des moutons imbéciles que l’Etat paternel et bienveillant doit protéger n’est bénéfique que pour les censeurs qui veulent plus de pouvoir, plus de fausse légitimité pour leurs intrusions, et s’oppose totalement à la réalité.

 

Comme beaucoup d’autres, quand j’ai reçu l’invitation à rejoindre le protocole en me rendant à l’abbaye saint Benoit à Poitiers, j’ai lu attentivement le dossier scientifique détaillant la découverte et les effets de la Valentonine dans l’organisme, je l’ai partagé avec des amis médecins pour en évaluer la véracité et la fiabilité, et aucun mauvais retour n’a eu lieu.

 

Le Pr, au contraire de nombreux soignants, est d’une grande transparence, et j’apprécie d’être prise en compte comme une partenaire de ma santé, qui comprend et apprend de la situation, et non pas comme une voiture déposée pour réparation au garage de la médecine.

 

Je n’ai pas pu entamer le traitement avec les patchs et je le regrette, pour moi mais aussi pour les personnes de mon entourage qui attendent avec espoir de valider une voie évolutive plutôt qu’une dégénérescence dans leur santé.

 

Il me paraît logique et fiable de prendre en considération une approche thérapeutique qui offre une supplémentation adaptée selon le niveau de carence de chacun, et le fait au moment où l’organisme en a besoin, tout cela sans devoir passer par les voies digestives.

 

Je vois chez d’autres les effets secondaires dramatiques des traitements conventionnels de Parkinson.

 

Je garde une complète confiance dans le traitement proposé par les Pr Fourtillan et Joyeux, dont je salue le courage et la bienveillance.

Leurs détracteurs gagneraient à s’en inspirer….

 

Carole […]

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF