Lettre ouverte à Madame la Professeure Agnès Buzyn, Ministre de la Santé

Madame la Professeure de médecine, RESPECTEZ-NOUS !

Nous sommes atteints par les maladies de Parkinson ou d’Alzheimer.

« Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions. »

Cette phrase n’est-elle pas incluse dans le serment médical que vous avez prêté ?

Mon diagnostic Parkinson est tombé le 10 avril 2018, la veille de la Journée Mondiale contre cette maladie (ironie ou clin d’œil) ! J’avais 63 ans. Je suis chanceux, car au tout début de mon chemin de croix, mais je connais déjà beaucoup de petits désagréments dans ma vie quotidienne. Certes mes neurones dopaminergiques sont atteints, mais ne vous méprenez pas, les autres fonctionnent encore très bien ; même si j’éprouve des difficultés à me savonner sous la douche, je suis capable d’intégrer beaucoup d’informations et d’analyser des situations complexes.

Polytechnicien, ingénieur diplômé en génie chimique, j’ai lu de très nombreux documents venant de tous horizons et plusieurs publications du Professeur Fourtillan avant d’entrer en contact avec lui. En particulier sa communication à l’Académie Nationale de Pharmacie du 2 décembre 2015 et le texte de certains des brevets qu’il a déposés. Comme toutes celles et ceux qui l’ont rencontré je suis admiratif devant sa simplicité, son empathie, sa générosité, sa capacité à expliquer clairement des notions compliquées pour la majorité de ses interlocuteurs. Cet éminent professeur n’a rien d’un charlatan.

Ces maladies neurodégénératives sont mal comprises, mal expliquées et mal soignées, vous le savez parfaitement. Dans toute démarche scientifique, les résultats concrets viennent confirmer ou infirmer la théorie. A ce jour, sur quelques dizaines de malades ayant pu les tester, ces patchs soulagent rapidement et notablement de nombreux symptômes sans induire d’effet secondaire. C’est un fait avéré !

Respectez notre volonté de tester ces patchs, c’est notre libre choix et c’est un des rares chemins d’espoir pour nous tous atteints par la maladie de Parkinson (150'000 en France, 1,2 million en Europe, 6,3 millions dans le monde) ou d’Alzheimer (900'000 en France, 6,3 millions en Europe, 35,6 millions dans le monde) auxquels il convient d’ajouter les centaines de millions de personnes dépressives ou insomniaques auxquelles ces patchs apportent également une véritable amélioration.

Respectez notre choix. Respectez-nous !

Madame la Ministre de la Santé, AIDEZ-NOUS !


« Je ferai tout pour soulager les souffrances. J’apporterai mon aide à mes confrères ainsi qu’à leurs familles dans l’adversité. »

Pourquoi votre charge ministérielle devrait-elle vous empêcher de respecter le serment médical que vous avez prêté ?

Les réactions épidermiques de vos collaborateurs de l’ANSM ne sont pas à la hauteur de l’enjeu énorme que représente cette réelle avancée scientifique. Votre fonction ministérielle, assise sur votre engagement au service de la médecine, vous met en  position de faciliter l’aboutissement de la démarche du Professeur Fourtillan dans un cadre qui satisferait toutes les parties. Si telle procédure n’a éventuellement pas été respectée, corrigeons ensemble ce qui doit l’être, unissons nos efforts pour le plus grand bien commun. Vous en avez le pouvoir, alors vous en avez également le devoir. Non seulement envers les malades, mais aussi envers leurs familles, leurs proches, leurs amis. Envers également l’ensemble de nos concitoyens, car si le succès est, comme nous l’espérons, au rendez-vous, c’est bien une formidable aventure technologique et industrielle qui se profile pour la France, pour l’Europe, pour le monde entier ! Combien de lignes de production faudra-t-il installer pour fournir tous ces patchs ? Combien d’usines faudra-t-il construire ? En tant que ministre de la République Française souhaitez-vous vraiment que notre Patrie passe à côté d’une telle opportunité ?

Nous avons volontairement choisi de soutenir ce projet, en le finançant librement et en essayant sur nous-mêmes.

Nous voulons poursuivre.

Aidez-nous !

Madame la Ministre de la Famille, PROTEGEZ LES ENFANTS !

« J’interviendrai pour les protéger si elles sont affaiblies, vulnérables ou menacées dans leur intégrité ou leur dignité. »

Les enfants ne sont-ils pas dans notre société les personnes les plus vulnérables ? Le serment que vous avez prêté ne vous incite-t-il pas à les protéger ?

L’aluminium est toxique. Il n’est pas naturellement présent dans le corps humain, il se fixe dans nos organes et en perturbe le fonctionnement, y compris celui du cerveau. Il est suspecté de contribuer au développement des maladies neurodégénératives (Alzheimer, Parkinson, Lewy).

La Food & Drug Administration américaine l’a interdit dans les vaccins. L’Organisation Mondiale de la Santé l’a également interdit depuis de nombreuses années. Et, au grand mépris du principe de précaution, à chaque injection de bon nombre de vaccins, chaque enfant de France reçoit plusieurs fois la dose toxique ! Pourquoi Madame la Ministre ?

Qu’est-ce qui vous empêche d’interdire l’aluminium dans les vaccins en France ? En tant que médecin vous en avez le devoir … et en tant que ministre vous en avez le pouvoir. Alors ?

Protégez les enfants !

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Témoignage de Dominique L[…], frère de Patrick L[…]

 

Lorsque mon frère a son patch, il se déplace beaucoup mieux, marche mieux, il est moins fatigué et s'exprime bien. Son autonomie est plus importante.

Je pense que le patch transdermique est un bienfait pour tous les malades Parkinsoniens et autres (Alzheimer, dépression nerveuse, troubles du sommeil) leur apportant un mieux-être dans leur vie quotidienne.

L’ANSM et Madame la Ministre de la santé doivent impérativement être ouvert aux nouvelles découvertes qui soignent avec des résultats positifs les maladies neurodégénératives.

En conséquence la livraison et la fabrication des patchs doivent reprendre sans délais pour continuer et conforter les résultats déjà acquis.

Soyez attentif aux demandes des malades et de leur famille, surtout lorsqu’ils ne font pas appel au financement public.

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Bonjour chers tous,

Je voudrai témoigner pour la troisième fois car l’évolution de la maladie de Parkinson est devenue préoccupante pour mon épouse Martine :

  • Les nuits sont très courtes, voire inexistantes à cause surtout des tremblements qui la réveillent au bout de quelques minutes d’endormissement.
  • Les douleurs, contractures et crampes sont incessantes nuits et jours.

 

Pour soulager ses douleurs (pas les tremblements) Martine prend du cannabis thérapeutique (Cannabidiol) le soir depuis 1 semaine. Nous confirmons l’efficacité   pour les douleurs mais pas pour les tremblements.

 

Son neurologue, quant à lui, propose la pose d’une pompe à apomorphine car Martine ne supporte plus la L DOPA (DOPAMINE). Nous l’envisageons à contre cœur, car nous n’avons pas de date pour l’envoie des patchs (Il faut bien assumer).

 

Voilà où je veux en venir :

Pourquoi pouvons-nous trouver en France en magasin ouvert à tous (sur internet c’est aussi possible) un traitement en vente libre de cannabis thérapeutique alors que normalement la prescription médicale serait accordée qu’en 2022 et nous ne pouvons pas avoir les patchs de Valentonine et de 6-Methoxy-Harmalan, deux produits provenant de la Mélatonine en vente libre pour 400 personnes volontaires ?

 

POURQUOI NE POURRIONS NOUS PAS AVOIR CES PATCHS COMME LE CANNABIBIOL EN VENTE LIBRE ET SANS PRESCRIPTION MEDICALE ?

 

Ci-dessous un extrait de l’article journal (FRANCE 24) :

L’Assemblée nationale a voté vendredi en faveur de l’expérimentation du cannabis thérapeutique, déjà menée dans une trentaine de pays, à partir de l’an prochain. En s’appuyant sur le retour des patients, elle visera à trouver la formule française.

La mesure était attendue et a été votée, vendredi 25 octobre 2019, à l’Assemblée nationale : la France va expérimenter durant deux ans l’usage du cannabis thérapeutique à partir du premier semestre 2020. Une décision qui devrait soulager de nombreux patients atteints de certaines pathologies et pour lesquels les antidouleurs classiques n’agissent pas ou plus.

 

Bon courage à tous

Pascal A[…]

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

REMERCIEMENTS SINCERES A

MADAME A. BUZIN MINISTRE DE LA SANTE

MONSIEUR D. MARTIN DIRECTEUR GENERAL DE L’ANSM

MONSIEUR Ph. DAMIER NEUROLOGUE CONSEIL DE FRANCE-PARKINSON

 

Merci beaucoup pour les quelques dizaines de malades parkinsoniens ou Alzheimer qui ont eu pendant un an la fausse impression que les patchs fournis par le Pr Fourtillan leur faisaient énormément de bien, comme ils en ont témoigné sur le site www.valentonine.fr

 

Hypnotisés à l’abbaye de Poitiers par des gourous sectaires qui les ont séquestrés pendant deux jours et deux nuits, ils s’imaginaient que leur état s’améliorait. Par bonheur vous les avez délivrés de cette dangereuse illusion.

 

Merci de leur avoir permis de retrouver le grand plaisir de consommer à nouveau à pleine dose les drogues qu’ils pensaient pouvoir abandonner progressivement. Requip, Sifrol, Sinemet, Stalevo, Modopar…aux effets secondaires tellement sympas que c’était une honte de vouloir les en priver.

Merci pour ceux qui sont dans un état de profonde désespérance depuis qu’ils n’ont plus de patchs. Ainsi apprennent- ils qu’en France on ne teste pas impunément des traitements qui pourraient faire de l’ombre aux ventes de SANOFI, SERVIER, BAYER, MYLAN…

 

Merci pour ceux que le désespoir risque de conduire à un geste fatal. Ainsi, grâce à vous, seront-ils définitivement débarrassés de la maladie.

 

Merci pour les conjoints et familles victimes d’un mirage dans lequel ils voyaient leur proche retrouver de l’autonomie, du mouvement, de la vigueur, de l’entrain, de la joie. Merci de leur conserver le plaisir de se sentir utiles en s’occupant quotidiennement d’un malade à lourde pathologie.

 

Merci pour les autres malades qui espéraient tester les patchs à leur tour. Enrôlés contre leur gré dans la secte poitevine ils ne s’étaient pas rendu compte que le Pr Fourtillan n’est qu’un vulgaire guérisseur-charlatan et qu’il a trouvé par hasard dans un paquet de lessive Bonux une série de titres qu’il usurpe de façon éhontée tels que :

  • Professeur chimiste pharmacien
  • Pharmacien des hôpitaux
  • Professeur de chimie thérapeutique et pharmacocinétique à la faculté de médecine et de pharmacie de Poitiers
  • Expert pharmacologue toxicologue spécialisé en pharmacocinétique

Merci pour tous les malades de France et d’ailleurs qui échapperont grâce à vous à un traitement que vous ne comprenez pas et qui ne mérite donc pas la moindre considération ou évaluation. Nul n’étant autorisé à douter de votre infaillibilité !

 

Merci pour la France qui ne sera pas le berceau d’une révolution thérapeutique dont les laboratoires d’autres pays n’hésiteront pas à racheter les brevets et à les exploiter. On ne va quand même pas se compliquer la vie à changer de paradigme sur les maladies neurologiques et jeter au panier des stocks de cachets qui pourraient devenir inutiles.

 

Merci pour tout…Sincèrement !

 

Gérard

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Monsieur le Professeur,

Je vous écris car je suis proche d’une amie dont la maman est gravement atteinte de la maladie d’Alzheimer et connaît   d’expérience les effets bénéfiques des patches procurés, et malheureusement également la triste régression constatée lors de leur interruption.

J’ai auprès de moi d’autres personnes concernées par cette maladie et qui désireraient participer à vos tests. Mais aujourd’hui cela n’est plus possible non pas de votre fait bien sûr mais d’une décision inique et révoltante.

Au nom de quoi ?

Comment croire aux arguments fallacieux évoqués et faire confiance aux autorités supposées nous vouloir du bien ?

De quel droit priver des malades de ce formidable espoir en freinant la fabrication et la délivrance de ce produit qui ne peut être que bénéfique ?

Quelle honte de prendre cette décision unilatéralement et nous priver d’une possibilité d’améliorer l’état de nos proches, de stabiliser la progression de leur maladie voire de la vaincre !

J’ai lu les nombreux témoignages cités sur votre site et en ressort totalement convaincue de la nécessité impérative et absolue de vous laisser reprendre la fabrication de vos patches et d’en faire à nouveau bénéficier vos malades.

Enfin, je tiens à participer à la défense de votre découverte et faire partie de votre comité de soutien car nul ne sait si demain je ne serai pas à mon tour atteinte par cette maladie.

Merci pour ce formidable espoir

 

Très cordialement et malade.

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

En tant qu'épouse d'un malade de Parkinson, détecté en 2004, et porteur d'une pompe à duodopa, depuis 2 ans et demi, après de longs traitements médicamenteux, je témoigne afin de faire part de mon indignation face  à ce scandale qui donne tort aux professeurs Fourtillan et Joyeux.

 

En effet, malgré les longs traitements, l'état de santé de mon mari se dégrade d'années en années.

C'est pourquoi je cherchais des solutions alternatives et m'intéressais fortement à la découverte des patchs du Professeur Fourtillan et je me documentais sérieusement sur internet.

 

Je pris contact avec le fonds josefa.

 

Si son état de santé lui avait permis de faire le trajet, mon époux aurait dû participer aux études cliniques le 15 octobre 2019, Il a donc été convenu que le traitement pourrait se faire à domicile au mois d'avril 2020 avec l'accord de son médecin afin de diminuer progressivement le dosage de la pompe.

 

Contrairement à ce que l'on peut entendre :

  • Il n'a jamais été demandé de cacher ce nouveau traitement au médecin ;
  • Il n'a jamais été question d'argent dans nos échanges.

 

Nous portions beaucoup d'espoir dans ce nouveau traitement et ne comprenons pas pourquoi ces études et la fabrication des patchs doivent s'interrompre.

 

Cette étude est menée par le Professeur Fourtillan qui a dirigé le centre d'essai thérapeutiques à Poitiers où il a obtenu une autorisation temporaire d'utilisation pour le 1er médicament efficace contre le sida (le Ritonavir).

 

Comment ne pas faire confiance à cet homme qui a fait ses preuves, et mérite toute notre reconnaissance ?

 

Beaucoup de malade ont vu leur état de santé s'améliorer, et ont repris espoir grâce à ce nouveau traitement !

 

Il est inadmissible que l'ANSM ait fait stopper la poursuite de cette étude et empêche la fabrication des patchs laissant  à nouveau ces malades sans le traitement bienfaiteur qu'ils ont eu l'occasion de tester.

 

Le traitement actuel occasionne de multiples effets secondaires : hypotension, brûlures d'estomac, difficultés d'élocution, déclin cognitif qui conduisent à la dépendance.

 

Alors que selon de nombreux témoignages de malades ayant pu profiter de ce nouveau traitement, ils n'ont constaté aucun effet secondaire mais une nette amélioration de leur état de santé !

 

Nous espérons que ces études pourront reprendre rapidement afin que tous les malades reprennent espoir et bénéficient de ce nouveau traitement.

 

Tout mon respect à ces deux grands hommes.

 

Merci de communiquer ce témoignage à qui de droit.

 

Annie, épouse de Jean-Louis et malade.

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Mon mari a été hospitalisé, étant très mal. 5 jours après son hospitalisation, nous avons reçu quelques patchs inespérés.

Le soir même, je lui ai mis le demi-patch.

 

Le lendemain matin, en allant le voir, il était "ragaillardi", et c'est la première fois qu'il ressentait enfin un début de bien-être, un moment de paix, de sérénité en lui. Ce sont ses propos. Et à chaque fois qu'il met le patch, il se sent mieux et il est présent. Il retrouve son humour et est moins perdu.

 

Les enfants aussi m'ont dit, avec beaucoup de prudence, car tout le monde a peur que les patchs ne soient plus délivrés (car c'est une souffrance familiale cette histoire) : "il est mieux papa quand il a le patch !".

 

Alors que le médecin semblait fier de me dire "votre mari n'ira jamais plus mieux et cela ira en empirant chaque jour", les infirmières m'ont dit : "Qu'avez-vous fait à votre mari ? Ce n'est plus le même. Il n'est pas grabataire alors ?". Depuis, il est sorti de l'hôpital.

 

Vous ne pouvez imaginer la force et le bien que cela fait, et le désespoir d'être avec un dernier patch que l'on coupe en quatre et que l'on donne tous les deux jours pour tenir le plus possible, encore et encore...

Quelle hérésie que ce blocage ! Alors que dans cette découverte, il y a tellement « d'incroyable » et de bon sens !

 

Merci pour votre ténacité et votre courage, Jean-Bernard et tous ceux qui vous entourent. Merci !

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Je voudrai apporter ce témoignage.

J’ai envoyé de multiples mails et messages à des tas de personnes pour très peu d’inscriptions.

 

Je vous conseille le démarchage à pied chez vos voisins et proches et là, les personnes vous écoutent et sont d’accord pour adhérer gratuitement à Maluval.

 

Les appels téléphoniques individuels portent également leurs fruits…….

 

Pendant que mon mari est allongé avec des douleurs au ventre ou vaque dans la maison sans pouvoir faire quoique ce soit, je prends mon chien, mon parapluie, un sac avec petits tracts d’informations, feuilles et stylo et je vais à la rencontre de mes voisins.

 

Aujourd’hui 7 inscriptions faites par mes soins avec l’accord des personnes et d’autres m’ont promis de le faire.

 

J’envisage de faire cela le plus possible.

Le plus : une voisine qui tient un salon de coiffure m’a demandé une affiche pour mettre dans son salon. J’en ai adressé un exemplaire à l’association MALUVAL ce matin.

 

Je ne peux continuer à regarder mon mari souffrir en silence et de plus en plus bloqué sans rien faire !!!!!

 

Agissons tous pour le bien des malades qui attendent désespérément les patchs salvateurs.

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Voici mon témoignage…

Voici un peu plus de 4 ans que le diagnostic de la Maladie de Parkinson est tombé…

 

Comprenant vite les limites des traitements classiques (Effets secondaires invalidants et poursuite de l’évolution de la maladie) j’ai choisi de cheminer avec les médecines naturelles dans un premier temps. De ci de là, avec toute ma conscience, et un parcours du combattant cependant.

 

Informée à l’automne 2016 de la découverte du Pr Fourtillan grâce aux lettres 139 -142 - 144 du Pr Joyeux je me suis mise en mode attente…Je me suis également informée grâce aux explications sur le site fondsjosefa.com.

 

En juillet 2018 est parvenue à ma connaissance, suite à une conférence à Poitiers du Pr Fourtillan, la mise en place imminente d’un protocole pour la thérapie par les patchs (6 M-Harmalan et Valentonine) et la mélatonine.

 

Convaincue du bienfondé de cette recherche je me suis inscrite aux essais. J’ai été reçue en novembre 2018 à l’Abbaye, en toute simplicité et humanité. Rien d’une secte. Le gite, la nourriture et un prélèvement sanguin (consentant) par une infirmière. Avec en plus une longue rencontre avec le Pr Fourtillan qui a aimablement et avec conviction répondu à nos questions.

A la suite de ce déplacement, j’ai pu bénéficier et recevoir chez moi une série de ¼ de patchs pendant 20 jours en janvier. Une petite amélioration de mon sommeil a pu être constatée mais malheureusement cette dose était certainement insuffisante et l’arrêt de l ‘approvisionnement en patchs qui a suivi n’a pas permis de poursuivre l’étude des effets du traitement.

Nous étions enfin sur le point de reprendre la thérapie en septembre lorsque l’interdiction des instances gouvernementales est tombée. L’analyse de cette décision a déjà été commentée judicieusement dans les divers témoignages…

 

Alors je sollicite aussi Mme Buzyn afin qu’elle mette fin aux entraves faites à ce projet médical, scientifique et humain. Celui-ci doit pouvoir se poursuivre légalement. Les effets bénéfiques observés sur de nombreux malades attestent déjà du fait que ce traitement constitue un nouvel espoir, une nouvelle avancée dans la recherche médicale pour des maladies qui à ce jour ne bénéficient d’aucun traitement de guérison.

Qu'il ne soit pas fait du serment d’Hippocrate auquel vous avez souscrit une phrase vide de réalité…

 

Brigitte

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Madame Buzyn avez-vous déjà vu â la télé sur France 3 la campagne de sensibilisation à la SLA ?

Un homme est enfermé dans une pièce grise dont les murs se resserrent. 

 

L'angoisse qui monte à mesure que l'espace se rétrécit est palpable et tellement vraie qu'il m'est insupportable de regarder cette annonce. En effet la maladie de Parkinson a les mêmes conséquences que la SLA même si la descente aux enfers est plus lente.

 

Jean-Bernard Fourtillan a trouvé la clé pour nous libérer de cette prison et de cette condamnation à mort et vous vous voulez jeter la clé aux oubliettes. De quel crime nous accusez-vous ?

Pour rétablir ainsi la peine de mort ? Si vous ne faites rien madame Buzyn pour lever l'interdiction concernant les patchs vous vous rendez responsable d'assassinat !

 

Christine […].

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Témoignage de Pascal A[…] au corps médical

 

Je voudrais témoigner en tant que Docteur Pascal A[…] dentiste à la retraite.

Certes mon activité professionnelle est derrière moi. Je ne prends donc pas de risque pour mon avenir.

Mon épouse est atteinte de Parkinson depuis 11 ans, la vie a basculé depuis septembre 2019 :

- moins d’efficacité des médicaments ou peu ;

- effets secondaires accrus (douleur, contracture), la maladie évolue aussi ;

- perte de la vie sociale.

 

Je connais plusieurs grands patrons du service neurologique de Lyon, de Nantes, des médecins qui ne veulent pas discuter d’une éventuelle alternative de traitement pour soulager nos malades parkinsoniens (Patchs, Canabis thérapeutique, etc…).

 

Notre hiérarchie leur impose tel ou tel mode de traitement qui nous le savons procure des effets secondaires, qui mériteraient d’arrêter le traitement sans alternative.

 

D’autres part, l’ANSM met beaucoup de temps pour supprimer du marché des médicaments reconnus comme apportant plus d’effets négatifs que de résultats positifs (Mediator, Levothyrox et autres…)

 

Il existe une vraie dictature médicale orchestrée par quelques personnes.

 

A qui profites le crime ? Lobbys pharmaceutiques ? tout le monde le crie, c’est une certitude.

Les tests thérapeutiques à l’hôpital ne sont-ils pas réénumérés par les laboratoires ?

 

Le professeur Fourtillan Jean-Bernard est éminent, bardé de diplômes, aime les gens aisés et pauvres, donnent son savoir, sa santé, sa fortune.

Cela fait plus de 25 ans qu’il travaille sur cette découverte : la Valentonine (1994)

Elle a été déjà testée, les résultats sont spectaculaires, c’est d’après une patiente le « Parkinson à l’envers » !

 

Sans patchs c’est le retour à la maladie !

 

Réveillez-vous ! il est temps de faire de la médecine humaine.

Faites honneur à notre profession.

Essayer de comprendre ce qu'il y a derrière ces patchs plutôt que de penser à votre carrière.

Cette découverte est monumentale.

Un jour elle sera dévoilée d’une façon ou d'une autre.

 

Trop de malades souffrent de Parkinson avec des effets secondaires terribles dus aux traitements allopathiques mais sachant qu’il y a une alternative douce, sans effet secondaire, là, c’est grave ! Je vous laisse avec votre conscience humaine et de soignant.

 

Je rejoins le témoignage du Docteur Michel B[…]...témoignage n°134.

 

Pascal A[…]

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Au secours Mme Buzyn, mon mari va de plus en plus mal, il se meurt dans des souffrances physiques et psychologiques terribles.

 

Vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas.

 

Pitié dépêchez-vous, autorisez les patchs pour éviter cet assassinat.

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Soutien et Droit de réponse aux médias concernés et à la manière de…

J’ACCUSE

Ancien médecin spécialiste, aidant - principal de mon épouse souffrant depuis 12 ans de la maladie de Parkinson, je nous autorise, aux deux points de vue, médical et personnel, d'exprimer publiquement par cette lettre ouverte aux gestionnaires administratifs - médecins, pharmacologues, décideurs politiques et commerciaux dans le marché du médicament - notre plaidoyer, notre revendication pour l'AMM (autorisation de mise sur le marché) de ce patch aux 2 hormones, 6-méthoxy-harmalan et Valentonine, conçu par Jean-Bernard Fourtillan, Professeur de Pharmacologie à la Faculté e.r, intégrantes  du sang de l'homme donc naturelles, biologiques, issues dans le cerveau au niveau des  glandes pinéales, dont il a découvert et décrit les propriétés d'application thérapeutiques.

Elles ont fait l'objet de communications dans les milieux scientifiques, dès 1994.

Pour nous comprendre, l'Administration et nous, n'y aurait-il, voire même pour certains d'entre eux touchés par l'affection, de sensibilité intellectuelle ouverte, vierge de pétition de principe, mobilisatrice pour venir s'enrichir des données scientifiques objectives nouvelles, auprès des professionnels de santé qui, au contact de ces malades, de leur famille, de leurs proches, chaque jour, renforcent leur conviction positive.

Les malades et ces témoins, expriment déjà quotidiennement leur soutien sur une liste en ligne (https://www.valentonine.fr/fr-fr/temoignages.html), y expriment leur vécu, leur constat : l'amélioration apportée par ces patchs aux 2 hormones en remontant  comme dans le chapitre des glandes endocrines, l’on fait avec les taux hormonaux abaissés des hormones incriminées, thyroïde, pancréas, glandes sexuelles.

Mais voyez la différence de traitement administratif, s'agissant du cannabis, les médias étant « pour », l'AMM passera « comme une lettre... » (nb. : pour ma part, dans la limite des indications médicales, je souscris) ce qui, en passant, sera tout bénéfice pour l'Etat, le marché, pseudo-clandestin, n'étant pas près de dépérir, cela le dégonflera un peu.

Où se situe donc le problème ? A l'évidence, il n'est pas, au fond, totalement administratif compte tenu des garanties présentées par le Professeur Fourtillan, l’importance de ses travaux, les témoignages recueillis, de sa mission pédagogique assumée pendant des décennies à la Faculté de Pharmacie. Pour faire court, disons que, à n'en pas douter, s'agissant d'un produit atoxique naturel il risquerait de casser le marché...mondial !

Mais revenons au concret, sur le terrain, à la pratique de certains de nos estimés confrères pour découvrir ce labyrinthe AMM, à deux voies, l'une rapide, l'autre, désespéramment longue. En son temps il était des praticiens dont les ordonnances s'avéraient, pourtant, d'allure peu orthodoxe, « originales », manifestement non sorties de modèles enseignés à la Faculté. Problème d'AMM ? Néant. Le cas, par exemple, de ce praticien d’Alsace qui prescrivait déjà à ses débuts d'exercice, des bonbons sur ordonnance de « La Pie qui chante »...avec honoraires ! AMM sollicitée, non, mais pas de remboursement ; ordonnance à chercher en pharmacie (pour faire sérieux ?). Concernés, certains de ses malades présentant parfois des petits signes cliniques suffisamment évocateurs pour lui. De déferlante médiatique, de micros, caméras, témoins, devant sa Consultation, d’uniformes rouges des pompiers, bleus de la Police municipale, de blouses blanches de Services type Charenton avec camisole de force sur le bras : Néant ! Le Conseil de l’Ordre des Médecins ? Muet, pas de convocation, d’enquête, pas de radiation, ni même, de blâme.

Rapporté à la situation de notre Professeur de Pharmacologie, force est de constater, la violence de certains médias, curieusement soudaine, assassine à l'intention évidente de nuire, de détruire le concept d’allègement des méfaits de la maladie de Parkinson.

Pour l’homéopathie, controversée depuis des décennies y a-t-il jamais eu pareille campagne, baveuse de fiel ? Mais, pour en revenir à la démonstration avec les fameux bonbons de la « La Pie qui chante », ne souriez pas, vous le verrez, c’est quand même du sérieux ! En effet le prescripteur de cette surprenante « ordonnance » n’était autre que le Professeur Pinget, Chef du Service de Diabétologie des Hôpitaux de Strasbourg ! Si, pour le profane, la prescription était d'un abord provoquant, pour le diabétologue, d'emblée elle s'imposait médicalement afin d'éviter, chez un diabétique sous insuline en hypoglycémie menaçante (aigüe), le coma, des lésions cérébrales. Donc, dès l'apparition de petits signes avant-coureurs, fallait-il prendre ces bonbons, au bout des doigts dans la poche, plus riches en glucose…

Et cet excellent chirurgien de l'Est, désinfectant les plaies post-opératoires de ses patients avec du miel de thym ?...

Ces médias aux papiers sales ne venaient pas accourir pour faire interdire ce qui n'était pas davantage, un scandale.

 

Mais expliquez-moi, pour le Professeur Fourtillan, pourquoi d'emblée, ce sauvage déluge, ce tsunami médiatique, surprenant, non ? Les sbires de l’industrie ? Le bureau de certaines rédactions ? Le décor, le personnage sont plantés, voilà notre David face aux géants masqués de l'industrie dont le marché se situe, quel hasard, dans les champs à l'échelle mondiale, des maladies neuro-végétatives, leur propriété à la Monsanto, terres productrices aux moissons continues, ne connaissant ni les nuits ni les saisons, produisant dépendance, aucune guérison. Industries qui réalisent, tenez-vous bien, un chiffre d’affaires s’élevant à des milliards et des milliards de dollars. L'or coule à flot des hauts fourneaux pour former des montagnes de lingots.

Ce n'est pas « un petit pharmacien de province » qui ... activation des réseaux, présence « opportune » d'un provocateur...Sulfureux contexte. A y regarder de plus près, il y a une gêne éthique dans ce brouillard soporifique insufflé dans les esprits à propos de ce dossier, chez Madame, notre Ministre de la santé  – avec  tout le respect qu'on lui doit, à elle et, particulièrement, à sa famille martyrisée -  ne s’est-elle laissée toucher par l’emballement médiatique contagieux quand une simple  étude impartiale, attentive à la source scientifique des travaux de 1994 et suivantes, démontrent que ce patch améliore, à dose adaptée, les malades du Parkinson.

 La décision d'AMM ne devrait-elle aussi, tout d'abord, objectivement, reposer sur l'étude du CV (2 pages jointes, étourdissantes de sciences) de ce savant. Pour notre sécurité encore, cet enseignant- chercheur, n'a-t-il pas été le formateur de plusieurs générations de pharmaciens à la Faculté ? Si, maintenant, on réalise mentalement, un copier-coller avec l'indication de ces bonbons versus patchs, c’est kif-kif tout comme avec la poudre de perlimpinpin, sans effets secondaires mais avec, cependant un « plus », magistral, celui d'aider, dans le cas du Parkinson, la remontée étiologique (causale), comme pour l'hypoglycémie « sucrée » au glucose, du taux de ces 2 hormones, 6-méthoxy-harmalan et Valentonine d'origine pinéale du cerveau, à un niveau sanguin normalisé.

 

Dans la logique coercitive - actuelle - de l'Administration face à ces patchs, pourrait-on craindre bientôt qu'un non médecin, sachant de quoi il retourne chez son conjoint, se rendant dans la grande surface du coin chercher ces bonbons de « La Pie qui chante », ne soit lui aussi, peut-être, passible de poursuites pour exercice illégal de la médecine ?

 

Illustrons encore par quelques cas de démarches similaires à d'autres étages du corps humain pour faire ouvrir les esprits à l'entendement, chassons ces pétitions de principe, trait assez français, rappelez-vous la déclaration d'un  politique, l'ex- Premier Ministre Fabius, déclarant à l'époque, au journal de 20h,  que le pot catalytique (contre les particules) n'était pas nécessaire ; plus loin en arrière, l'histoire de ce malheureux Docteur Cournand, Prix Nobel de Médecine...aux USA ! où il avait dû s'expatrier pour se faire entendre suite à la levée de boucliers lorsqu'il voulut promouvoir le cathétérisme cardiaque (à Lyon notamment).

A travers les décennies, en final, cette remarquable technique conduira à la transplantation du cœur, ou encore, plus près de nous dans le temps, citons les difficultés rencontrées par le Professeur Cribier de Rouen, inventeur d'une valve cardiaque implantable - prothèse aortique - par voie cutanée, artérielle, de procédure élégante et légère ( ensuite déployée au site, dans des mains hautement entraînées) : réduction du temps et du choc opératoires, des risques avec en prime, une sortie écourtée de l'hôpital et un moindre coût. Finit l'ouverture du thorax, du cœur, la lourdeur chirurgicale, les risques...

 

Revenons à notre sujet, celui des glandes endocrines (productrices d'hormones dont le 6-méthoxy-harmalan et la Valentonine) qui nous concernent. L’Est de la France, par son éloignement de la mer comptait, il y a quelques générations encore, dans des villages vosgiens, un taux nettement plus élevé que la moyenne nationale, de retardés mentaux (myxœdémateux), malheureux qualifiés alors parfois dans les manuels d'auteurs indélicats « d’idiots du village » s'agissant de malades victimes de leur carence d'origine exogène (extérieure) en iode. Maintenant les gens bougent, voyagent, se nourrissent plus sainement, sont mieux dépistés ; ce fléau a disparu.  Mais, à l’époque, aurait-on envoyé les gendarmes à un médecin par ce qu’il aurait, pour corriger cette déficience hormonale par carence en iode, recommandé pour la cuisine, la consommation de sel d’aspect gris-sale mais riche en sels minéraux de la mer, en iode surtout, propre à la consommation ? C’est, ici, le procès de l’évêque Cauchon qui envoya Jeanne d’Arc au bûcher sur la base de trois mots écrits sur un bout de papier.

 

Une remarque dernière aux quelques microcéphales ayant trempé leur plume dans un encrier de venin dénonçant l’endroit de la réunion de nos malades, de leurs proches concernés, comme repoussant, pensez-donc, une abbaye tenue par des (quelques) religieuses (âgées). Sans doute, dans les bordels (mot de la bouche du Président) que certains d'entre eux fréquentent peut-être, les dames sont-elles, je l'imagine, moins âgées ? Et, oser « tarifer bas », est-ce du prosélytisme déguisé (n’y aurait-il que les gens aisés qui auraient le « privilège » d’être souffrants et aux ressources illimitées ?) - à leurs hôtes, dans leur gite, un lit propre. Nul doute que cette organisation décriée a naïvement échappé à celle d'un manager de réunions fines avec discrétion et complicité assurées, par cette même petite presse. Arrêtons. Scandale ? Pendant le séjour, de prosélytisme : aucun. Il n’y était question que des maladies neuro-dégénératives. Ces malades dépendants - confusion journalistique  volontaire, pour sûr, avec le mot pélerins - leur accompagnant ou proche, se firent expliquer ces  complexes maladies neurologiques par un Professeur de Pharmacie à la Faculté, formateur de plusieurs générations de pharmaciens, doit-on le répéter ? au sens pédagogique véritable  permettant à l'assistance d'accéder, par son approche claire, simple, concise, à la portée de son auditoire, à ce problème si complexe des lésions neuro-dégénératives cérébrales. La petite flamme d'espoir tant attendue dans notre tunnel mental, apparut enfin à notre conscience, depuis 1994 elle n'attendait qu’à se montrer.

 

Mon  témoignage propre? il est celui  d’un médecin spécialiste certes retraité mais traitant de son épouse, époux aidant- principal depuis 2007, jour et nuit depuis 2 ans, avec ses 85 ans, qui assure sa survie, victime de  la maladie d’un Parkinson aggravé, ne pouvant plus ni marcher, ni se tenir debout, ni parler, ni avaler, nourrie par sonde abdominale (gastrostomie), sous oxygène à la demande - aidée d'infirmières, d'aides-soignantes et autres personnes dévouées, pour lesquelles nous pouvons leur dire, nous, les familles touchées, un mot de grande reconnaissance, élargie à notre mère Nation, modèle dans ce domaine.

 

Au bout d’une douzaine d’années de souffrance, mon vécu utile ? Le reproche envers certains, qui, en toute cruelle maladresse naïve vous déclarent, devant le, la malade, certes qui a les yeux fermés mais entend et comprend au-delà de toutes ses paralysies, « elle ne pourra plus monter dans sa chambre » ou « la semaine prochaine se sera terminé » ou encore, d’une veuve, récente « avec mon mari, à la fin c’était pareil ». Tristes, inutiles consolations anticipées.

 

Mais, avant tout, restons positifs avec le grand espoir qui s'est levé, il ne dépend plus que de l’AMM, déjà pour les 400 candidats volontaires qui ont fait l’Essai : il est positif, concluant, le patch n'induit aucune dépendance, aucune intoxication ; ce patch, ces 400 volontaires le réclament. Accordez-leur, accordez-nous, SVP, enfin, pour raison humanitaire, cette autorisation, naturellement sous suivi médical maintenu.

 

Notre esprit critique doit sortir du brouillard soporifique dont nous sommes intoxiqués depuis des décennies. Réveillons-nous, s’est-on posé 3 questions simples, d’évidence ?

 1) le traitement par la dopamine a-t-il jamais guéri un malade ?                       

 2) le traitement par la dopamine a-t-il   jamais arrêté le « génie » évolutif de la maladie, définitivement ?

 3) l’augmentation régulière des doses de dopamine aggrave-elle ses effets toxiques secondaires ?

Sur ces plans, comme dirait notre « aide à la personne » :

« ce n'est pas le top »... Depuis des décennies, à qui profite le crime ?

Mais, Vous, responsables décisionnaires, le Droit de nous interdire d'espérer, voire même le Droit de rêver à une troisième voie thérapeutique adjacente, parallèle, d'Urgence, ce Droit ne Vous appartient pas, IL EST NOTRE DROIT ! Ne le détruisez pas ! Ne le tuez pas !

 

Dr. Rodolphe G[…], conjoint aidant-principal d'une grande malade du Parkinson, ne pouvant plus ni marcher, ni se tenir debout, ni parler, ni avaler, grabataire, alimentée par une sonde sur gastrostomie, sous oxygène à la demande.

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Doreen et Albin, petits enfants de Patrick L[…]

 

Lorsque nous arrivons chez papi, nous savons de suite si notre papi est patché ou pas. Son visage, s’il ne l’est pas est tendu et fatigué, il a du mal à parler et il se déplace avec l’aide de mamie en fauteuil roulant.

 

L’autre jour, quand nous sommes allés les voir, papi avait ses patchs depuis plusieurs jours et il se déplaçait toute la journée de façon autonome sans l’aide de personne... et ça nous a fait très chaud au cœur de le revoir complètement autonome comme ça...

 

Il faut absolument svp que notre papi puisse avoir la possibilité de se soigner grâce à ces patches car il est beaucoup mieux que lorsqu’il se soigne par les médicaments habituels.

 

Svp, pensez à lui et a tous les autres et faites que ces patchs très efficaces puissent être en libre circulation dans nos pharmacies.

 

Doreen et Albin

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Bonjour,

Camus disait je crois " seul dieu ne désespère pas"…

 

Mon cousin, mon frère, ma seule famille est atteinte de la maladie de Parkinson. Il subit cette injustice courageusement, il est fort et de tous les combats...

 

Il a pu tester les patchs du docteur Fourtillan dont il a pu apprécier tous les effets bénéfiques.

 

Aujourd'hui le Ministère de la Santé s 'oppose à leur diffusion prétextant que la formule de ces patchs n'a pas reçu l 'autorisation de mise sur le marché…La belle affaire !

 

Sans établir la nocivité de ces produits l'ANRS en interdit la diffusion alors que la maladie augmente degré par degré l 'affaissement du corps…De quel côté se trouve la mise en danger de la vie d’autrui ? J 'attends encore la démonstration de l'infraction pénale... où sont les éléments constitutifs d'un délit qui n 'est pas démontré mais simplement supposé pour conforter une position.

 

Mon cousin, mon frère, ma seule famille attend…

Tous les jours le silence le renvoie dans sa condition. Je ne caricature pas les faits…

 

Je ne joue pas entre la sentence d'un tribunal et le destin d'un homme que j 'aime et avec lequel j'ai goûté à tant de jours meilleurs…

 

Mais j 'ai l'impression qu'en sortant tous le fusil de la République on finit par tirer en l 'air tout simplement.

 

Je ne suis (toujours) pas croyant, pour moi l'homme c'est dieu et je ne désespère pas.

 

Je souhaite ardemment, douloureusement que l'on permette à mon cousin, mon frère, ma seule famille de se soigner comme ils le souhaitent et qu'on ne mette pas en cause son propre discernement ce serait un enfermement (et là c'est du vrai pénal...).

 

Je t’aime très fort Serge

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Soutien à MM. les Professeurs Fourtillan et Joyeux (Patchs)

 

Aide à la personne depuis 4 ans dans la Famille G. j’ai assisté, tristement, à la dégradation neurologique et corporelle rapide de l’épouse de mon employeur, ancienne enseignante, devenant en 2 ans totalement dépendante, ne pouvant plus ni se tenir debout, parler, avaler (nourrie par tubulure abdominale), grabataire.

 

Lors des périodes où elle recevait 1 patch entier du Professeur Fourtillan, par jour, je témoigne que Mme G. refaisait « surface », beaucoup moins de somnolence pendant la journée, présence du regard, quelques paroles de circonstances, justes, adaptées et visiblement au meilleur moral et un petit retour d’activité volontaire avec la kinésithérapeute.

 

Suna S[…]

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Bonjour

A bien des titres, je ne peux rester insensible ni réagir à cette affaire "médicale poitevine" dont les médias locaux et nationaux ont pu faire leur miel pendant quelques temps !

 

Disons tout de suite que j'ai été assez troublé, choqué par les jugements hâtifs, inconsidérés succins et partisans dont fut l'objet cette première approche thérapeutique concrète des maladies neurodégénératives, enfin mise en place par le Professeur Jean Bernard Fourtillan à Poitiers.

 

Que l'on sache déjà , que les maladies d'Alzheimer et Parkinson en particulier n'ont vu aucun progrès thérapeutiques significatifs , digne de ce nom depuis les années 1960 - 70 ....que l'espoir de guérison ou prévention n'est toujours pas en vue et cela malgré , auprès du grand public , d'annonces prometteuses de progrès imminents, à seule fin de recueillir des fonds conséquents pour la recherche, certes nécessaires, indispensables, mais stériles jusque-là, puisque par ailleurs, notre état  est bien incapable de pourvoir aux besoins toujours croissants des chercheurs  !

 

Voilà qu'enfin, un scientifique de haut niveau, chercheur, découvreur propose sur des bases solides objet de publications et brevets et après de nombreux tests biologiques animaux et humains, une thérapie raisonnée susceptible d'améliorer, sinon guérir les symptômes dont souffrent de plus en plus et de plus en plus jeunes les membres de notre société. Il a suffi, qu'offrant sans dissimulation un projet thérapeutique sans risque réel, tellement attendu pour que, par l'effet de basses dénonciations, tout soit remis en question !

 

Les responsables de ce désastre ont-ils réfléchis un instant, s'ils en sont capables, dans quel désarroi ils ont plongé ces pauvres patients, à juste titre plein d'espoir ?

 

Quel intérêt et quel but ont ces responsables médico- administratifs à désespérer ainsi malades et familles...et que l'on ne me dise pas qu'on a voulu les protéger ! ...les témoignages de ces derniers, une enquête approfondie n'auraient-ils pas dû être recueillis avant toute décision... ?

 

Pour  des raisons personnelles, ici sans intérêt, j'ai cependant avec attention étudié les propositions thérapeutiques du Pr. Fourtillan, lu ses ouvrages se rapportant au "cycle veille - sommeil " et si je ne peux revendiquer des connaissances scientifiques de haut niveau, il me semble en tant que médecin, que la démarche intellectuelle du Pr. Fourtillan est solide, digne d'intérêt  et je serais très intéressé que mes maîtres en confraternité analysent en toute objectivité le projet thérapeutique proposé et explicitent clairement ses failles, démontrent son impossibilité d'action salvatrice ! Soyez sûr que dans ce cas, cartésien, je saurais être objectif et prendre, si nécessaire, position !

 

Je crois à la parfaite honnêteté du Pr. Fourtillan, à sa profonde empathie, sa forte compassion pour le prochain, ce malade ses proches confrontés à ces maladies dégénératives inéluctablement dégradantes. Son approche thérapeutique est saine, visant à restituer la carence hormonale physiologique des patients, sans drogues, sans ces molécules aux effets secondaires dévastateurs et dont après une AMM on voit après plusieurs années, sans plus d'excuses qu'elles ne sont plus de mise, ne sont plus remboursées !

 

Je souhaite, mais sans illusion hélas, pour redonner espoir aux patients que l'on laisse au Pr. Fourtillan la possibilité de poursuivre son traitement dans un climat apaisé, serein !

 

Il sera alors temps avec assez de recul de juger si ce seul traitement salvateur actuel proposé est efficace !

 

S'il vous plait, laissez le Pr. Fourtillan poursuivre ce traitement...ce n'est en aucun cas un gourou pratiquant une médecine parallèle ou alternative comme on le voudra...

 

Pour éviter d'éventuelles polémiques me concernant et supputations sur mes motivations à ce soutien gratuit, je tiens à préciser, malgré de profondes réticences à me révéler, que je n'ai aucun lien d'intérêt avec le Pr. Fourtillan, et que médecin retraité je suis agnostique et en très bonne santé !

 

Je suis simplement celui qui s'indigne du procès d'intention fait à un honnête homme attentif aux autres, tous ces autres que l'on veut ignorer mais qui sont là et qui souffrent !

 

Docteur Michel B[…]

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Bonjour,

Mon beau-frère est atteint par la maladie de Parkinson depuis quelques années.

Nous sommes témoin de sa déchéance physique et de ses efforts pour se soigner et vivre.

Je peux témoigner que les cures thermales qu'il suit régulièrement le "rebooste".

Ces cures sont remboursées par la sécurité sociale et jusqu'à présent la ministre n'y trouve rien à redire.

Pourtant il ne s'agit que de se "soigner" avec de l'eau pour un prix conséquent.

Il serait facile avec une bonne campagne médiatique de dénoncer tout cela comme du charlatanisme.

Mes ces établissements de cure sont la propriété de grands groupes financiers contre lesquels nos responsables politiques ont plutôt tendance à courber l'échine.

C'est ce qui nous sauve !

 

Pour les patchs de Valentonine que mon beau-frère a utilisé de façon épisodique, je peux témoigner que chacune des périodes pendant lesquelles il avait les patchs correspondait à un mieux-être pour lui et pour nous.

 

L'amélioration de son état général était flagrante.

 

Puis la campagne médiatique est arrivée, les ministres ont péroré et la sentence est tombée : il faut tuer l'espoir !

 

Ceux qui savent ont décidé pour les malades eux-mêmes qui sont renvoyés à leur état d'individus affaiblis au jugement altéré incapable de juger par eux-mêmes ce qui leur fait du bien.

 

Faisons confiance à ceux que nous aimons et permettons leurs d'avoir accès librement à ces patchs qui ne représentent pas plus de danger pour la santé publique que l'eau de nos cures. 

 

Michel […]

Beau-frère de Serge C[…]

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Témoignage de Roland […], ami de Patrick L[…]

 

Ami de Patrick depuis 40 ans, je le vois régulièrement et je peux dire s’il a un patch ou pas.

 

Avec le patch, il se déplace plus facilement, plus dynamique, il retrouve son sourire et son humour.

 

Nous souhaitons et demandons que la Madame la Ministre de la Santé admette et reconnaisse l’efficacité de ces patchs pour l’ensemble des malades.

 

En tant que bons amis de Patrick, nous souhaitons que vous mettiez tout en œuvre pour débloquer la livraison des patchs au plus vite.

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Bonjour,

Je m'appelle Jean-François, 49 ans, maladie de parkinson.

 

Déclarée depuis bientôt 10 ans, exactement le lendemain de noël 2009, super cadeau !!

 

Je me considère comme un privilégié d'avoir pu intégrer cet essai dirigé par Jean-Bernard, car le Professeur Fourtillan nous a dit dès le premier contact de le tutoyer, preuve qu’il nous considère vraiment tous comme ses amis.

 

Je suis agriculteur et à 49 ans on a encore envie de bosser dure pour faire évoluer notre exploitation et peut-être la transmettre à nos enfants, mais pour l'instant cette "putain" de maladie en décide autrement, moins de force, plus de raideur, la jambe qui traine, des mouvements plus lents, difficultés pour certains travaux du quotidien et j'en passe !

 

Alors qu'enfin une lumière apparaissait au bout du tunnel, avec l'annonce de l'arrivée régulière des patchs tant attendus de tous les participants, certaines personnes qui pensent plus à leurs intérêts financiers plutôt qu'a l'amélioration de la santé des malades, viennent "tacler des 2 pieds " notre formidable espoir que Jean Bernard nous avait si bien présenté lors de notre rencontre à l'abbaye.

Il faudrait que ces "crétins", et je reste gentil, prennent notre place juste un jour voire un peu le "calvaire" que nous endurons chacun d'entre nous.

 

Si nous ne recevons pas nos patchs le plus rapidement possible, la belle lueur du tunnel va petit à petit s’éteindre !!

Alors que tous ces soi-disant instruit, ces rapaces, et j'en passe et des meilleurs, nous laissent allez au bout de notre belle aventure et après et seulement après ils pourront se permettre de juger, de dénigrer quelqu'un qui pour une fois s'occupe vraiment de nous, nous les malades !

J'aimerais moi aussi plus tard, je l'espère, profiter de mes petits-enfants, avoir des activités, juste BOUGER tout simplement.

 

Je voudrais encore remercier une nouvelle fois Jean Bernard pour tout ce que tu fais pour nous ...

J'espère que tous ces petits témoignages feront changer les pensées désastreuses et les actes que l'on subit en ce moment.

 

Je souhaite à tous les participants de cet essai que ce noël 2019 nous apporte l'espoir tant attendu ...

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Anne-Marie […], épouse de Serge […], atteint de la maladie de Parkinson.

 

Deuxième témoignage…

 

Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ?

 

Qu’est-ce qu’on attend pour vivre mieux ?

 

Que Mme Buzin, autorise

 

Avant qu’il ne soit trop tard

 

Les patchs de Jean-Bernard.

 

Bon courage à tous…

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

De Mimi, belle-sœur de Patrick L.

Nous avons découvert, mon mari et moi, la maladie de Patrick il y a quelques années très légèrement au début. Si bien que parfois lors de nos visites nous ne remarquions rien, si ce n'est quelques hésitations dans la parole.

Nous avons constaté petit à petit l'évolution de la maladie de Parkinson.

Et un jour, Patrick et Solange nous ont associé à leur espoir fondé en la découverte prodigieuse du Pr Fourtillan.

Alors nous avons remarqué le changement radical de son état lorsqu'il pouvait poser ses patchs, la fatigue et les désagréments quand il y avait rupture...

Puis les médias et l'information relayée partout jetant le discrédit sur l'honnêteté et mettant les malades dans la crainte et le désespoir ...

L'efficacité est prouvée, les malades vont mieux, alors de quel droit peut-on les priver d'une amélioration très nette de leur état et d'une vie agréable pour toutes leurs familles.

Cette découverte est un espoir pour le monde entier, car la maladie frappe de plus en plus jeune, les médicaments actuels seraient remplacés par les patchs et la Sécurité Sociale ne s'en porterait que mieux.

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

À cause de l'interdiction de l'ANSM, je suis passé de 1 demi à un tiers de patch par jour puis un huitième tous les 2 jours pour économiser... les symptômes reviennent... j'avais oublié que je tremblais autant, que c'était si fatiguant... j'avais oublié les difficultés à m'endormir : il est 2h du matin quand j'écris ce témoignage j'essaie de dormir depuis 22h 30 sans y parvenir…

Mes muscles se crispent, mon corps endolori ne me laisse pas de répit...

J'avais oublié cette sensation d'ébriété tellement désagréable et honteuse alors que je ne bois jamais.

Il y a 2 jours, je conduisais ma voiture en zigzaguant un peu, (beaucoup peut-être ? Je l'avoue à contrecœur... pas facile d'admettre qu'on perd peu à peu ses capacités et son autonomie à 48 ans). Bref donc quelqu'un s'est chargé d'alerter la gendarmerie.

Les gendarmes sont venus à ma rencontre. Ils m'ont sèchement signifié qu'il ne fallait pas conduire en état d'ivresse !!

Après m'avoir fait souffler dans l'éthylotest ils m'ont demandé si j'avais pris des stupéfiants.

Puis ayant compris que je souffre de la maladie de Parkinson, ils ont confisqué les clés de ma voiture et m'ont dit de venir les chercher accompagnée.

Quand je suis allée récupérer mes clés, le gendarme me les a confisquées et m'a dit qu'il allait faire un signalement à la préfecture pour qu'on me retire mon permis lors d'une visite médicale...

Il me faut absolument des patchs pour retrouver la santé, garder mon autonomie, ma dignité, pour pouvoir continuer à conduire mon plus jeune fils à ses activités.

 

Madame Agnès Buzin, si vous avez lu les différents témoignages, comment pouvez-vous supporter d'engendrer tant de souffrance par votre décision arbitraire et infondée, de nous interdire l'accès aux patchs alors qu'ils ne présentent aucune dangerosité (Si ce n'est pour les lobbys), mais bien au contraire ils nous font un bien immense et nous redonnent un confort de vie inespéré.

 

Christine […]

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

J'ai eu connaissance des travaux conduits par le Professeur Fourtillan par une personne de mon entourage qui avait assisté à une conférence où il exposait sa découverte et les suites thérapeutiques pour les maladies neurologiques et Parkinson en particulier.

 

Atteint par la maladie de Parkinson depuis plus de 10 ans, les patchs proposés m'apportent un mieux-être général (joie de vivre, sommeil...) et ont un effet positif sur les symptômes de la maladie quand bien même mon expérience est très récente et limitée en nombre de patchs utilisés.

 

Ceux-ci représentent un réel espoir pour moi et ma famille, et mon épouse en particulier qui supporte de moins en moins mon état apathique et mon comportement asocial.

 

La rupture d'approvisionnement est pour moi assimilée à une situation de non-assistance à personne en danger caractérisée par une détresse morale et physique.

 

Avec l’espoir d'une bienveillance accrue.

Thierry A[…]

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

La maladie de Parkinson a été diagnostiquée voici 6 ans mais les premiers symptômes sont apparus bien avant, dès 2007 alors que j’étais encore en activité : lenteur des gestes et temps de la réflexion plus long. Puis insidieusement la fatigue s’est installée, prenant de plus en plus d’importance (il faut préciser qu’auparavant, bien que très actif, je n’étais jamais fatigué). Au début 2012 mon écriture a changé devenant de plus en plus petite et rapidement est devenue microscopique et illisible.

 

Compte tenu que j’étais de plus en plus maigre (moins 10 kgs en 1 an), de plus ne plus fatigué, et n’arrivant pas à marcher droit, mon épouse et mes enfants m’ont conseillé de voire des spécialistes et de là j’ai fait pas mal d’examens pour rechercher l’origine de ces troubles (Electrocardiogramme, Holter, échographie du cœur, coloscopie, IRM cérébrale). Tous ces examens se sont révélés normaux, alors mon médecin généraliste qui me suit depuis 40 ans a cru que je faisais une dépression nerveuse. Mon épouse, n’y croyant pas, a demandé une consultation chez un neurologue qui a très rapidement diagnostiqué la maladie de Parkinson.

 

A partir de ce moment-là, j’ai pris de la L-dopa pendant les 3 premiers mois à une dose modeste : 150 mg/jour, au début pour maintenir un certain bien-être, puis les doses ont augmenté progressivement. Au milieu de l’année 2017, malgré les 500 mg/jour de L-dopa en 5 prises journalières mon autonomie de « marche indépendante » était déjà réduite à environ 2h 30’/3h jour. Très vite l’ensemble des symptômes Parkinsoniens se sont aggravés :

  • « marche indépendante » = marche sans être obligé de me tenir à une cloison, un mur, un meuble, une chaise ou un piquet dans mon jardin. Marcher avec mes cannes anglaises est très difficile, car mes jambes sont paralysées. Depuis le début de l’année 2019, je l’estime variant entre 1h 30’ et 2 heures par jour,

 

  • Perte d’autonomie. Depuis le début de l’année 2018, mon épouse est obligée de m’accompagner aux toilettes en fauteuil de transfert pendant la nuit ainsi qu’au lever tous les matins. Dans la journée, je suis obligé de m’asseoir souvent pour « récupérer », mon épouse me transportant d’un endroit à l’autre en fauteuil de transfert.

 

  • Difficulté d’élocution, pouvant à certains moments presque ne plus pouvoir parler,

 

  • Micro écriture, quasiment illisible, même en m’appliquant comme un élève de CP.,

 

  • Divers symptômes Parkinsoniens : très grande fatigue tout le long de la journée, salivation excessive principalement le matin au lever, troubles intestinaux (constipation), tétanisation de mes muscles principalement des jambes, crampes…).

 

J’ai été informé de la découverte du Professeur FOURTIILLAN, par une lettre d’information « Veille- Sommeil, une découverte phénoménale » expédiée par le Professeur Henri JOYEUX en avril 2016. Je me suis inscrit le 30 septembre 2017 à une conférence à Paris donnée par le Professeur Jean-Bernard FOURTILLAN à l’issue de laquelle je lui ai remis mon dossier santé. C’est ainsi que je suis entré dans le protocole de la mise en place des Patchs Transdermiques Veille-Sommeil. Avec mon épouse, nous sommes allés à l’Abbaye Sainte Croix près de Poitiers en septembre 2018 où nous avons été accueillis avec convivialité par Jean-Bernard FOURTILLAN et son épouse.

 

Le lieu de l’Abbaye est bien choisi dans un cadre calme et verdoyant pouvant accueillir une trentaine de personnes pour loger les patients et leurs conjoints/aidants. Après un diner débat, Jean-Bernard FOURTILLAN, nous a présenté sa Découverte avec compétence d’une manière didactique, répondant à nos nombreuses questions avec à la fois gentillesse, une grande rigueur scientifique en employant un vocabulaire simple compréhensible par chacun des participants. Dans la nuit entre 4 et 5 heures, des infirmières accompagnées de Jean-Bernard et de son épouse sont venus effectuer une prise de sang afin de déterminer le taux des hormones lorsqu’elles sont au plus haut dans notre plasma (Mélatonine, Valentonine, 6-Méthoxy-Harmalan).

 

Le lendemain, nous sommes repartis avec quelques patchs, enchantés, convaincus de leur efficacité et plein d’espoir.

 

Depuis ce temps je bénéficie des patchs et peu attester de leur efficacité dans la maladie de Parkinson. En effet lorsque je peux mettre 1 patch le soir, au bout d’une semaine environ je note les améliorations suivantes :

  • Meilleur sommeil, principalement pendant la 2ème partie de nuit, après mon lever nocturne (vers 3 heures) ce qui m’a permis de supprimer le Stilnox que je prenais toutes les nuits précédemment depuis 6 ans,

 

  • Amélioration de ma « marche indépendante » : je retrouve une marche normale, assurée, plus dynamique,

 

  • Amélioration de mon élocution : je parle normalement, plus longtemps,

 

  • Moins fatigué : je retrouve un certain dynamisme et renoue à mes occupations (jardinage, petits bricolages).

 

Dès que je n’ai plus de patchs, le 2ème jour ces bienfaits disparaissent et les symptômes Parkinsoniens reviennent.

 

Je précise ici que Jean-Bernard ne nous a jamais demandé d’arrêter nos traitements à base de L-dopa.

 

Je ne comprends pas ce déferlement médiatique et les allégations mensongères qui déferlent sur Le Professeur FOURTILLAN, qui travaille sans relâche pour guérir les malades atteints de maladies neurologiques. Pour arriver à cet objectif Jean-Bernard donne de son temps sans ménagement ainsi que ses deniers personnels. Nous t’adressons Jean-Bernard un IMMENSE MERCI pour l’ensemble de ton œuvre, ta disponibilité et l’empathie envers nous les malades.

 

A qui profite cette tentative de diversion ? Le Professeur FOURTILLAN doit faire peur aux autorités de santé ainsi qu’à Madame la Ministre des Solidarités et de la Santé. Madame Agnès BUZYN, avec qui êtes-vous solidaire ? Des groupes pharmaceutiques qui se font du souci pour la vente de leurs spécialités pharmaceutiques ou avec les malades atteints de maladies neurologiques ? En qualité de votre double « casquette », médecin lié par le serment d’Hippocrate et Ministre de la santé il est de votre DEVOIR d’intégrer les recherches et expériences dont celles du Professeur FOURTILLAN qui soulagent les malades que nous sommes en améliorant leur vie de tous les jours.

 

Dans le texte du Serment d’Hippocrate revu par l’Ordre des Médecins en 2012, il est écrit entre autres : « Je préserverai l’indépendance nécessaire à l’accomplissement de ma mission ». Si tel est le cas qu’attendez-vous pour revenir sur votre décision et laisser se dérouler librement l’essai et expérience commencés avec succès initiés par l’auteur de la découverte du système Veille-sommeil : le Professeur FOURTILLAN.

 

Dans ce même texte il est également écrit : « Que les hommes et mes confrères m’accordent leur estime si je suis fidèle à mes promesses ; que je sois déshonoré(e) et méprisé(e) si j’y manque » …

 

D’autant que cet essai est n’est pas financé par des fonds publics, mais par les malades eux-mêmes, Jean-Bernard et sa famille. A ce sujet, je suis dans l’obligation de préciser que jamais Jean-Bernard n’a demandé de verser de l’argent au Fonds Josefa, chaque participant donnant en son âme et conscience ainsi que de ses moyens financiers.

 

Je vous en prie Madame la Ministre pour nous tous, directement ou indirectement, donnez L’ORDRE à qui de droit pour que la livraison de ces patchs reprenne.

 

MERCI DE NOUS COMPRENDRE ET D’AGIR.

 

Patrick et Solange L[…]

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Voici mon témoignage :

J’ai 72 ans. Ma maladie de Parkinson a été identifiée en 2012. Le traitement a été multiplié par 7 en 7 ans. Il ne traite pas tous les symptômes et laisse la maladie évoluer.

 

J’ai entendu parler du professeur Fourtillan et de son traitement lors d’une conférence à Montpellier. J’ai alors demandé à bénéficier de ce traitement.

 

J’ai assisté à une rencontre à Poitiers au printemps dernier avec d’autres participants et le Professeur Fourtillan. Rien d’une secte. Des informations qui ont répondu aux questions posées. Pas de patch. Un prélèvement de sang consenti pour mesurer le taux des 2 hormones en question.

 

Je gère ma maladie avec énergie et sans me laisser abattre. Je ne me considère pas comme une personne fragilisée.

 

Madame la Ministre, je me permets de vous solliciter pour que le Professeur Fourtillan puisse poursuivre son travail. Il en va de la santé de nombreux malades, volontaires, qui prennent là moins de risques qu’avec certains médicaments actuellement sur le marché.

 

J’attends les patchs avec impatience.

 

Recevez mes remerciements et ma reconnaissance.

 

Annie […]

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Bonsoir,

Je voudrais témoigner de l’efficacité de vos patchs.

Nous avons un voisin et ami Patrick […] qui a la maladie de Parkinson.

Nous avons remarqué que sa vie devenait plus compliquée, il perdait de l’autonomie.

Il nous a parlé de ce traitement et en effet ce fût bénéfique : plus d’élocution et ses déplacements plus facile. On l’a senti revivre.

 Nous avons été contrariés d’apprendre par les médias que l’on demandait l’arrêt de ses patchs et pourtant ils sont efficaces.

Nous espérons que la solution sera vite trouvée pour tous ces malades qui perdent leur autonomie.

Cordialement

Nicole et Michel B[…]

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Bonjour,

 

Je vous confirme que quand mon père Patrick […] a ses patchs, nous trouvons de l'amélioration dans sa dextérité, geste et parole et son dynamisme.

En effet, sans celui-ci, la fatigue est plus importante, les gestes plus lents, la parole plus saccadée.

 

Il faut absolument que la fabrication des patchs persiste pour avoir le bienfait à long terme, pour cela, la fabrication doit se faire pour continuer à avoir de la volumétrie.

 

Une France libre, serait un beau geste pour les malades de Parkinson ...

 

Céline […]

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Bonjour

Je soussigné Christophe […], gendre de Mr Patrick […], bénéficiaire des patchs transdermiques, atteste sur l’honneur des bienfaits de ce patch sur mon beau-père.

 

En effet, grâce à ces patchs, son état s’améliore : son élocution et surtout ses déplacements plus autonomes.

 

L’arrêt de ces patchs seraient préjudiciable pour sa santé.

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Bonjour

Je soussigné Christophe […], gendre de Mr Patrick […], bénéficiaire des patchs transdermiques, atteste sur l’honneur des bienfaits de ce patch sur mon beau-père.

 

En effet, grâce à ces patchs, son état s’améliore : son élocution et surtout ses déplacements plus autonomes.

 

L’arrêt de ces patchs seraient préjudiciable pour sa santé.

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Voici ce mail pour témoigner concernant les patchs.

En effet mon beau-père est dans le protocole depuis le début, et quand il a ses patchs on reconnaît son mieux être dans ces gestes et postures, et surtout dans les déplacements.

 

Malheureusement aujourd'hui il n'y a pas la continuité des patchs pour une question de difficultés de fabrication…

 

Il faut absolument continuer ce protocole et cette fabrication pour pouvoir continuer les bienfaits des patchs à prise constante et régulière.

 

Laissons le choix aux individus !

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Bonjour à toutes et à tous,

Je ne viens pas témoigner en tant que victime mais comme amie d'une personne touchée par cette terrible maladie qu'est Parkinson.

 

Avec cette amie, nous avions pour habitude de nous promener sur les bords de mer de notre charmant département et ensuite de nous faire une partie "d'accordéon".

 

Malheureusement, la maladie en a décidé autrement : trop de difficulté à se déplacer et à marcher dans le sable, trop de difficulté à soulever son accordéon et déplacer les doigts sur les touches. Essayant de ne pas trop y penser, nous passions de très bonnes après-midis devant une tasse de thé à plaisanter autant que cela se peut.

 

Et puis un jour, voilà la possibilité d'essayer ces patchs...enfin !!

 

Retrouvée la joie des ballades, la joie des après-midi musicales à revisiter nos grands classiques !! et bien sûr retrouvé le moral !

 

 Joies de courtes durées malheureusement par manque de patchs…

Pourquoi supprimer la seule possibilité qu'on les malades de se sentir mieux ?

 

Serait-ce tout simplement pour une question de lobbying des laboratoires pharmaceutiques ? je n'ose l'imaginer...

 

Ne serait-il pas possible de prendre en compte l'avis des personnes concernées ?

 

Beaucoup de questions et très peu de réponses...

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Cette attestation peut être rendue publique.

 

Il y a 2 ans 1/2, mon épouse, âgée alors de 83 ans, a été déclarée souffrir d’un syndrome parkinsonien dont je n’ai jamais connu le type.

 

Elle est décédée en mars 2019.

 

J’ai constaté qu’aucune guerre orchestrée n’était déclarée contre les maladies neurodégénératives, que des équipes de Recherches travaillaient dans l’opacité et avec la lenteur que leur imposait la procédure.

 

Depuis si longtemps, les personnes atteintes meurent d’effets principaux et secondaires sans que des médicaments « ESPOIR » aient été testés avec la rapidité qu’imposaient leur maladie et leur état si dégradé.

 

Nous ne sommes plus au Moyen-Âge, du temps de l’Inquisition ; l’ordre des médecins doit considérer l’intérêt des patients, le Ministère de la Santé l’assistance des malades en danger de mort, la Collectivité la liberté des personnes de choisir leur traitement.

Lors de l’agonie de ma femme, si j’avais appris l’existence d’un médicament ESPOIR bénéficiant de la caution de sommités médicales j’aurais demandé que soit administré ce produit à mon épouse.

 

Parler d’effets secondaires possibles n’est pas sérieux lorsque les effets dus à la maladie rongent le malade.

Évoquer un essai sur la personne est logique et humaniste, sachant que le patient n’est plus que fantôme.

 

Dans cette guerre contre les maladies neurodégénératives, incurables à ce jour, quel est le BILAN du Ministère de la Santé ?

 

Pourquoi refuse-t-on aux équipes de Recherche, ayant choisi des voies différentes, de procéder rapidement à des essais sur l’homme pour conforter ou non une hypothèse ?

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Par ce témoignage, nous voulons apporter toute notre confiance au professeur Jean Bernard FOURTILLAN que nous avons connu lors d'une conférence à Paris organisée par le professeur Henri JOYEUX sur la maladie de Parkinson ; tous les deux nous suivons ses précieux conseils depuis plusieurs années.

 

Pauline est atteinte d'un syndrome Parkinsonien depuis 8 ans qui a été découvert à la suite d'un examen DAT SCAN ; la médecine actuelle n'arrive pas à soigner cette maladie et tous les médicaments prescrits ont de terribles effets secondaires.

 

Nous avons librement participé à une séance d'inclusion à Poitiers en juillet 2019, il ne nous a jamais été demandé une somme d'argent, chacun est libre de participer à un don au Fonds Josépha suivant ses moyens.

 

Elle n'a pu jusqu'ici utiliser les patchs pour améliorer son état de santé, elle attend avec impatience leur autorisation pour enfin avoir de l'espoir pour sa vieillesse.

 

Le professeur Jean Bernard FOURTILLAN est complètement désintéressé de l'argent, ce qu'il cherche c'est soigner les malades qu'ils aient ou pas d'argent, nous les malades savons bien que notre intérêt compte beaucoup moins que celui des financiers. Notre ministre de la santé serait bien inspirée d'y réfléchir.

Nous souhaitons de tout cœur que les recherches du professeur FOURTILLAN soient reconnues en toute légalité par les pouvoirs publics.

 

Bien cordialement,

Pauline et René […]

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Bonjour,
Je souhaite à mon tour, apporter mon modeste témoignage.


Atteint du syndrome de Parkinson, je me retrouve devant l'impasse du traitement classique par L-DOPA.


J'étais dans le groupe d’Octobre 2018 à Poitiers. Hélas je n'ai pas pu avoir suffisamment de patchs pour voir un résultat...


Toutefois, je renouvelle toute ma confiance en cette thérapie et au Pr. Fourtillan qui s'efforce d'apporter alternative à la L-DOPA qui reste inefficace...


Par ailleurs l'usage des patchs est un libre choix personnel et leur coût est assuré par des dons libres


N'en déplaise à certains, cette thérapie a au moins le mérite de son efficacité...


L'ANSM devrait s'en inspirer, la légaliser et rendre accessible à tous les patients...

Voir les témoignages...


Léon […]

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Solange […] épouse de Patrick.

Chez Patrick la maladie de Parkinson a été déclarée voilà maintenant plus de 6 ans par notre neurologue.

Avant le diagnostic, mon mari était très fatigué, amaigri, avec des gestes de plus en plus lents, titubant parfois et n’avait plus envie de rien même son jardin pour lequel il a une grande passion lui était devenu presque indifférent.

 

Avec nos filles nous étions dans une détresse totale ne connaissant pas du tout cette terrible maladie. Le neurologue dès notre entrée dans son cabinet a tout de suite compris ce dont souffrait Patrick.

A partir de ce moment-là le traitement a commencé : Modopar 3 fois par jour. Au début, les effets positifs se sont manifestés, nous étions contents mais au fur et à mesure que le temps passait les symptômes étaient de plus en plus forts.

Tous les ans, nous avons des visites régulières chez notre neurologue et celui-ci nous constatait que le Modopar prescrit précédemment n’était plus suffisant, il fallait augmenter la dose, puis a changé pour le STALEVO. De plus en plus les prises étaient rapprochées pour obtenir un certain confort….

 

Patrick lui ne tremble pas mais a des difficultés pour la marche, lorsqu’il est fatigué, titubant parfois, je suis obligée dans la journée de le transporter en fauteuil roulant ainsi que toutes les nuits pour aller aux toilettes. Dans ces moment-là son élocution est perturbée, allant parfois à presque ne plus pouvoir parler.

 

Mon mari a pris contact avec le Professeur Fourtillan suite à une conférence donnée à Paris à laquelle nous avons assistée. Suite à celle-ci, n’ayant rien à perdre puisque les médicaments traditionnels étaient en train de ne plus agir sur la maladie. Nous sommes allés il y a un an à Poitiers.

Après avoir parlé avec le Professeur Fourtillan l’ESPOIR est revenu, sa découverte était miraculeuse. Nous sommes repartis avec quelques patchs et de suite Patrick en a ressenti les bienfaits : marche plus assurée, moins fatigué et son sommeil plus récupérateur sans son STILNOX qu’il avait l’habitude de prendre en milieu de nuit pour dormir quelques heures. Imaginez notre bonheur….

 

Malheureusement les ruptures d’approvisionnement de ces patchs avaient lieu de temps en temps et là la grande fatigue et autres symptômes revenaient.

 

IL NE FAUT SURTOUT PAS QUE LA FABRICATION DES PATCHS S’ARRETE, ce serait une CATASTROPHE comme si tous les malades étaient assassinés.

 

Je peux vous certifier, AIDANT de mon mari, que lorsqu’il met le patch transdermique le soir, le lendemain il va et vient SEUL, se servant moins du fauteuil ET MÊME RETOURNANT DANS SON JARDIN SA GRANDE PASSION.

 

Je pense que l’on ne remerciera jamais assez Jean-Bernard FOURTILLAN d’abord pour sa magnifique découverte, pour son énorme dévouement, son désintéressement financier sa ténacité et sa chaleur humaine prodiguée aux malades et à leur famille.

 

Solange

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Les Patchs sont efficaces à tout point de vue !

 

Ils m'ont beaucoup aidé à avancer dans ma vie journalière et surtout ils m'ont aidé à retrouver l'énergie nécessaire pour travailler et revoir la vie avec beaucoup d'espoir !

 

Mon mari est atteint de la maladie de Parkinson et depuis qu'il utilise les Patchs c’est une vraie délivrance pour lui, mais lorsqu'il est en manque de Patchs c'est tous les symptômes qui reviennent.

 

L'espoir est à notre porté en espérant que le Soleil sera bientôt de retour pour tous ceux qui place leur espérance dans cette nouvelle découverte.

 

C'est une chance pour l'humanité toute entière !

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

 Témoignage spontané de Lionel […]

 

Ayant accompagné Françoise D., ma compagne atteinte de la maladie de Parkinson à Poitiers pour un essai des patchs, j’ai eu le plaisir de faire la connaissance du Professeur Jean-Bernard Fourtillan et du Professeur Henri Joyeux.

Nous avons échangé avec les personnes présentes à cet essai et clairement ressenti leur enthousiasme à écouter les explications du Pr Fourtillan concernant les patchs.

Ayant moi aussi mis un patch au coucher, j’ai pu constater au réveil que j’avais passé une excellente nuit.

Au petit déjeuner, j’ai eu le plaisir de voir que Françoise et toutes les personnes présentes étaient ravies, souriantes et remplies d’espoir malgré leur pathologie.

Par la suite, à la maison, j’ai aussi constaté les bienfaits sur Françoise après plusieurs jours d’application du patch qui malheureusement disparaissaient après chaque arrêt dû aux problèmes de livraison des patchs.

Dans un futur proche, il faut absolument permettre au Professeur Jean-Bernard Fourtillan et au Professeur Henry Joyeux de poursuivre ces recherches positives, car il en va du bien-être de milliers de malades ainsi que de leurs proches, tous partageant le même espoir, celui de retrouver un jour la lumière au bout du tunnel !!

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Déclaration faite sur l'honneur pour faire valoir ce que de droit, le 11/10/2019

 

Je soussigné Patrick B., j'ai 56 ans, je suis le compagnon de Christine J. (Témoignage N°20) atteinte des symptômes de la maladie de Parkinson.

 

Je confirme son témoignage en totalité sur les effets des patchs et sur le sérieux et l'intégrité du professeur Jean Bernard FOURTILLAN.

 

J'ai la chance d'être encore en bonne santé et j'ai rencontré personnellement le Professeur Jean Bernard FOURTILLAN en même temps que Christine J[…] ,après avoir étudié sa découverte, grâce à mes formations, mes capacités d'analyse, mes connaissances dans le domaine de la santé, du bien-être, du développement personnel et spirituel acquises pendant plus de trente années, j'ai pu mesurer très rapidement et factuellement la grande compétence, la bienveillance, l'amour, la générosité, l'honnêteté qui le caractérisent factuellement.

 

Bien que n'ayant pas encore rencontré son ami le Professeur Henri Joyeux, c'est en visionnant ces conférences, que j'ai pu constater factuellement sa grande compétence, sa bienveillance, et son extrême pertinence dans tous ses propos sans aucune fausse note parce que construit sur des faits sans équivoque et des constats récurrents.

 

Bien qu'habitué depuis plusieurs dizaines, je suis totalement effaré par toutes les accusations totalement infondées, calomnieuses, grotesques et délirantes diffusées par la presse, par les responsables de l'ANSM, de la Miviludes ou par la ministre de la santé sur le Pr Jean FOURTILLAN ou le Pr Henri JOYEUX. Ce déferlement médiatique d'informations totalement calomnieuses est à la fois volontaire et très facilement démontables et je vais vous le prouver simplement :

 

Quelques exemples :

  1. Les personnes qui attaquent le Pr Henri JOYEUX cherche toujours à le discréditer lui seul alors même qu'il n'est pas du tout seul à affirmer ce qu'il dit avec des preuves de surcroît. Lorsqu'on l'attaque, la vérité des faits est systématiquement déformée, on l'attaque par exemple en disant qu'il est contre la vaccination or il n'a absolument jamais dit qu'il était contre la vaccination, il a simplement dit qu'il fallait enlever l'aluminium des vaccins car cela avait des conséquences graves sur la santé. Les gens qui veulent le discréditer vont également dire qu'il a été radié du conseil de l'ordre or c'est faux. Ses arguments qui s'attaquent à la mafia de la vaccination n'ont pas plu au conseil de l'ordre qui l'a convoqué mais logiquement soutenu par ses collègues comme étant un professeur émérite et un homme qui agit pour le bien de ses semblables, le conseil n'ayant aucun argument valable l'a relaxé. Le conseil de l'ordre des médecins est donc factuellement aux ordres des plus grands laboratoires qui ont eu peur pour leur commerce sinon pourquoi cette réaction totalement inadaptée et sans fondement puisque le but de cette alerte est la protection des personnes.

 

  1. Article publié le 20/09/2019 à 12:33 par Christelle Rebière RTL ( https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/essai-clinique-sauvage-j-etais-en-confiance-dit-une-malade-qui-suit-le-traitement-7798356746 )

Titre « Essai clinique sauvage : "J'étais en confiance", dit une malade qui suit le traitement »

« C'est un essai clinique illégal d'une ampleur sans précédent. Dans l'abbaye Sainte-Croix près de Poitiers (Vienne), au moins 350 patients malades d'Alzheimer ou de Parkinson ont testé des patchs censés les soigner. Une expérimentation sauvage, initiée par une structure aux relents mystiques. L'ANSM, l'Agence nationale de sécurité du médicament, s'est saisie du dossier. C'est le pôle Santé du parquet de Paris qui va se pencher sur l'affaire, précise Bernard Celli, directeur de l'inspection à l'ANSM. 

 

On constate ici la volonté manifeste de faire du sensationnel et de diffamer dans toute sa splendeur :

« Essai clinique sauvage : "J'étais en confiance", dit une malade qui suit le traitement » Un titre qui montre un côté glauque et une tromperie alors que la réalité du témoignage de la personne interrogée est totalement à l'opposé du titre, chacun peut juger de la malveillance manifeste

«  essai clinique illégal d'une ampleur sans précédent » : ce n'est un essai clinique et ce n'est pas illégal, Où ont-ils été pécher cela si ce n'est pour nuire ?

« Une expérimentation sauvage » mais de quoi parle cette journaliste ?

«  initiée par une structure aux relents mystiques » à nouveau ici la volonté de nuire est encore manifeste , les tests sont organisés par une fondation dans l’hôtellerie d'une abbaye.

 

  1. « Agnès Buzyn, ministre de la Santé, dénonce "un vrai scandale". Il faut dire que les 350 malades ont dû payer jusqu'à 1.000 euros pour participer à ces tests non autorisés.

 

https://www.francebleu.fr/infos/sante-sciences/essai-clinique-sauvage-sur-des-malades-de-parkinson-ou-d-alzheimer-le-professeur-fourtillan-a-1568999429

 

Totalement faux, personne n'a dû payer, les patchs coûtent évidemment de l'argent et le Fondation Fonds-Josepha a fait un appel aux dons volontaires et tout le monde a été informé que chacun recevrait des patchs, qu'il puisse faire un don ou pas.

Parler sans savoir et accuser sans preuve dans le but manifeste de nuire est inacceptable pour un ministre et implique logiquement une mise à pieds définitive.

 

Agnès Buzyn a été rémunérée par les labos pendant au moins 14 ans !

http://www.libreactu.fr/agnes-buzyn-a-ete-remuneree-par-les-labos-pendant-au-moins-14-ans/

 

Ceci explique cela...

 

Compte tenu que chacun doit assumer ses actes, ces comportements gravement malveillants et inacceptables méritent des condamnations lourdes, pour diffamations, mise en danger de la vie d'autrui, non-assistance à personne en danger, à savoir des peines d'emprisonnement et des mises à pieds définitives pour faute grave pour les responsables politiques,(notamment la ministre de la santé par ailleurs médecin qui donc n'a aucune excuse) les responsables de la Miviludes et les pseudo scientifiques qui ont osé mentir volontairement et se comporter comme de véritables assassins en essayant de priver des millions de gens d'une découverte qui pourraient leur permettre de traiter efficacement leur maladie, de leur éviter une mort prématurée, alors que la médecine officielle est en incapacité de le faire. Le cas échéant, j'invite toutes les personnes qui en ont assez de de la dictature de l'absurdité et de la malveillance à se mobiliser et se rassembler en faveur de ceux qui consacrent leur vie et leur temps à essayer de sauver concrètement et à arrêter de donner de l'argent à des associations ou des organismes qui soi-disant cherchent et étonnement ne trouvent jamais rien depuis de nombreuses décennies.

 

Démonstration de la malhonnêteté des gouvernants et de la dictature de l'argent :

  • En 100 ans, regardez l'évolution dans les communications, du télégraphe à aujourd'hui avec internet, c'est énorme...
  • En 100 ans regardez l'évolution des véhicules terrestres avec aujourd'hui des véhicules avec ordinateur de bord, sécurité active, réglages de suspension au volant pour les formules 1, les véhicules militaires High-tech entre autres, c'est énorme...
  • En 100 ans regardez l'évolution des véhicules aériens, de l'avion en balsa, papier, tissu et bois on est passé à des avions bourrés d'ordinateurs, d'automatismes, de détecteurs en tout genre, des avions furtifs aux performances impressionnantes, c'est énorme...
  • En 100 ans regardez l'évolution des véhicules spatiaux, parti de zéro, nous avons aujourd'hui des fusées avec des modules qui voyagent sur des millions de kilomètres et que l'on arrive à commander à distance, c'est énorme...
  • Et en 100 ans sur la recherche de solutions pour soigner le cancer les rapports officiels disent toujours la même chose, pas d'évolution... Étonnant non !
  • En fait de nombreux scientifiques ont trouvé des thérapies puissantes et sans effets secondaires mais l'ANSM n'a étonnamment jamais terminé l'étude d'agrément ou les services de l'état n'ont rien fait pour aider et s'intéresser honnêtement aux thérapies en question ou communiquer sur des techniques naturelles puissantes et validées par des études avec expérimentations sur des échantillons de personnes.
  • Pire la médecine officielle a incroyablement réussi à faire accepter deux thérapies tellement toxiques qu'elles détruisent factuellement l'organisme humain et les médecins eux-mêmes le disent à leurs patients et le reconnaissent sans état d'âmes.

 

Pourquoi cette situation, tout simplement parce que dans les premiers domaines cités, c'est l'évolution technologique qui fait vendre et pour le cancer c'est la non évolution technologique qui entretient la maladie et le commerce très lucratif des doses de chimio pour les laboratoires (Devis de chimiothérapie fait par une association il y a environ une dizaine d'années 8000 €!!!)

Eh oui, les produits et les techniques naturels qui soignent efficacement ne rapportent pas aux lobbies de la médication chimique et soigner ne leur rapporte pas ! Mais entretenir la maladie rapporte !

Un rapport récent, divulgué par des grands médias américains tel que CNBC, fait par un employé de la banque d'investissement GOLDMAN-SACHS à l'intention de ses clients fortunés établissaient que la médecine officielle n'était pas là pour soigner et que Maintenir les gens malades est plus rentable que de les guérir...(Source : https://www.association-sante-naturelle.info/ccv4/ )

 

Par ailleurs, j'ai pu malheureusement constater pendant trente années de développement des connaissances, d'expérimentations, d'actions de prévention, et de militantisme pour la protection de la santé, de l'environnement et de la vérité factuelle, toutes les malversations, les compromissions, les mensonges éhontés, les absurdités, les mises en danger de la vie d'autrui, et même les assassinats organisés comme dans les affaires de l'amiante, des pesticides, des produits laitiers, du cancer, entre autres, les manipulations médiatiques et les calomnies de nombreuses personnes de la presse et du gouvernement, preuves à l'appui, par ailleurs constatables de fait par tout citoyen qui s'informe et vérifie sur les sites officiels de l'état et des publications scientifiques.

Les désinformations, les accusations, les mensonges et les calomnies proférées par toutes ces personnes qui gouvernent et d'autres pseudo-scientifiques, qui sont très souvent dans des conflits d'intérêt ou des compromissions, où la déification de l'argent est systématiquement présente, sont démontables en quelques secondes par de nombreux faits ainsi que par le respect des êtres humains, la logique de l'amour et de la bienveillance.

 

Toutes ces personnes doivent être en très grande souffrance intérieure pour avoir été jusqu'à vendre leur âme au diable au point de légaliser l'assassinat de leurs semblables pour de l'argent et en les spoliant au passage.

 

Quelques exemples d'une absurdité sans équivoque qui rend malade et tue la population :

  • L’autorisation de l'utilisation des pesticides pour les toutes cultures sur notre territoire dispersés dans la terre mais aussi dans les airs près des aires de vie, que l'on retrouve évidemment dans tous les aliments non bio et parfois dans le bio à cause des nappes phréatiques polluées. Quoi de plus criminel que cela ?
  • La publicité autorisée pour la consommation de produits laitiers alors que boire du lait après la période de sevrage est une absurdité spécifiquement humaine, que boire le lait d'un autre animal et en plus aux proportions morphologiques bien supérieures est une deuxième absurdité spécifiquement humaine, que plusieurs études validées ont montré la non assimilation logique du calcium animal par le corps humain ainsi que de nombreux autres composants et que nos organes de détoxification (foie et reins) ne sont pas prévus pour supporter et évacuer de tels composants.

 

On peut également évoquer l'incroyable inaction des gouvernements successifs depuis des dizaines d'années sur :

  • Les 10 500 morts par an sur 800 000 infectés de maladies nosocomiales dans les hôpitaux,
  • Les 10 000 morts par an des 220 000 tentatives de suicides : La France se situe dans le groupe des pays européens à taux élevés de suicide après la Finlande, la Belgique et les pays de l’Est avec un niveau nettement supérieur à la moyenne européenne (Source ministère des affaires sociales)
  • Le secteur agricole est lui aussi fortement touché, avec deux suicides d’agriculteur tous les jours en France. Face à cette situation, la MSA (Mutualité Sociale Agricole) vient de mettre en place un service d'écoute téléphonique pour prévenir le suicide chez les agriculteurs, troisième cause de mortalité.
  • En avril 2013, la Confédération Nationale des Syndicats Dentaires mettait en place une ligne d'écoute psychologique, pour venir en aide aux praticiens, dont 48% étaient à la limite du burnout.
  • Les médicaments sont la cause de 13 000 décès par an, ce qui, au passage, est un constat d'incompétence ou de compromission sans aucune équivoque de l'ANSM.
  • En 2010 en France, 58932 disparitions ont été signalées,10542 ont été considérées comme inquiétantes, 3941 personnes ont été retrouvées mortes, 3 % soit 1768 personnes ne seront jamais retrouvées.
  • Et ces dirigeants essaient de nous culpabiliser avec la vitesse, qui est la dernière cause en pourcentage d'accidents mortels, et nous traitent de délinquants de la route avec 3000 morts par an et encaisser facilement la recette de 18 millions de PV au passage soit si on attribue un PV par personne, presque la moitié des gens qui roulent, alors que tous les spécialistes des organismes d'états d'études de l'accidentologie nous disent depuis des années que celle-ci ne pourra plus diminuer du fait du nombre d'usagers et de l'état du réseau routier.

 

Des faits, rien que des faits.

 

Et étonnamment cette situation catastrophique n'indigne pas Madame BUZYN, n’est-ce pas là « un vrai scandale » ? Que fait-elle ? Ne serait-il pas plus constructif de communiquer sur des actions positives qu’elle devrait mettre en place plutôt que sur des calomnies à l'encontre d'un scientifique chercheur qui a fait une découverte qui peut sauver ou au moins améliorer la qualité de vie de millions de gens, une découverte par ailleurs partiellement effectuée par d'autres scientifiques il y a plusieurs années comme il nous l'avait annoncé avec honnêteté. Encore une fois ce non-respect du serment d'Hippocrate de Madame BUZYN mérite sans équivoque selon les textes une radiation du conseil de l'ordre et une mise à pieds définitive en tant que ministre.

 

Si les gouvernants veulent sauver des vies qu'ils agissent véritablement pour mettre des moyens là où il y a le plus de morts et où il est de leur responsabilité d'agir.

 

Conclusion : Selon des règles logiques et factuelles, si toutes ces personnes dirigeantes continuent à rouler « à tombeau ouvert » dans l'absurdité et la spoliation de leurs semblables, plus elles vont accélérer, plus elles se rapprochent rapidement d'un accident dont elles ne se remettront pas.

 

A bon entendeur, salut 

(A bon entendeur, salut : Rappel de la signification de cette expression : Quant au 'salut', il ne s'agit pas du tout d'une salutation, mais du fait d'échapper à un danger ou à une souffrance. Autrement dit, "celui qui a bien compris trouvera son salut".)

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Je tiens, tout d’abord, à remercier le professeur Jean-Bernard Fourtillan de m’avoir accepté sur son programme de tests concernant les patchs de Valentonine mais aussi pour son engagement humain, scientifique et financier.

 

Pour les personnes qui, comme moi, cheminent avec la maladie de Parkinson, ainsi que pour nos familles, cette découverte représente en effet, l’espoir et sans aucun doute la réalité d’un avenir plus paisible.

 

Aussi, je formule le souhait le plus profond que nos responsables politiques examineront avec un esprit humaniste le bien-fondé de sa démarche.

 

Puisse l’investissement du professeur Fourtillan aboutir à une pleine reconnaissance de son travail sur les plans juridiques et médicaux.

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

(Transmis par ses soins au Figaro)

Parkinson : Les patchs* Je connais, Je veux : Pourquoi ?

* patchs de Valentonine et de 6-méthoxy-harmalan

 

            J'ai 80 ans et suis atteint de la maladie de Parkinson. Je teste le concept thérapeutique du professeur Fourtillan et souhaite faire entendre la voix d'un malade dans le concert médiatique en présentant comment j'ai découvert le système veille-sommeil et vécu les premiers essais de thérapie de ma maladie.

 

Le système Veille-Sommeil

            J'ai lu le livre « La glande pinéale et le système veille-sommeil » du professeur Fourtillan en septembre 2017 (accessible sur le site fonds-josefa.org). Je l'ai étudié à fond et ai été convaincu.

            Pendant les 8 heures de sommeil, la glande pinéale sécrète trois hormones, la mélatonine (MLT), le 6-méthoxy-harmalan (6-MH) et la Valentonine (VLT) : elles constituent le système veille-sommeil.

            La mélatonine est un anti-oxydant puissant qui piège les radicaux libres, responsables de la destruction de neurones.

            Le 6-méthoxy-harmalan est l'hormone de la veille, prépondérante et active pendant les périodes d'éveil.

            La Valentonine est l'hormone du sommeil, prépondérante et active pendant le sommeil.

Ces deux dernières hormones régulent tout notre système veille-sommeil.

 

La maladie de Parkinson

            La maladie de Parkinson est due à une dégénérescence des neurones dont les causes sont multiples : insuffisance de mélatonine, présence de métaux lourds (aluminium, fer, plomb), agressions chimiques (pollution, pesticides…) et, vraisemblablement ondes radioélectriques (c'est ce que je pense pour moi).

            Le concept thérapeutique du Professeur Fourtillan consiste à :

- stopper la destruction des neurones par administration, par voie orale, de 3 mg de mélatonine au coucher et la prise de silicium, par voie orale, deux à trois fois par jour (le silicium est la meilleure substance pour capter l'aluminium afin de l'éliminer)

- faire fonctionner au mieux les neurones survivants par un apport de 6-MH et de VLT durant la nuit, par voie transdermique à l'aide de patchs, la Valentonine n'étant pas assimilable par voie orale. Les malades souffrent généralement, en effet, d'un déficit en ces deux hormones.

 

Le contrôle de l'état de santé

            Je me suis porté volontaire pour tester ce concept et en ai informé mon neurologue et mon médecin. Avant de commencer il fallait connaître mon état de santé par un bilan sanguin classique, mais aussi la qualité de la sécrétion pinéale : MLT,6-MH et VLT. Comme la production des trois hormones dure 8 heures et s'effectue la nuit, le taux maximal d'hormones est atteint en fin de nuit (entre 4h et 6h). La prise de sang doit être effectuée pendant cette période. Le plus simple était de réunir les participants dans un même hébergement où les infirmières pourraient passer de chambre en chambre à l'heure voulue. Pour des raisons économiques et de disponibilité, l'hospitalité de l'abbaye Sainte Croix a été retenue.

            Pourquoi alors avoir posé un patch pendant la nuit ? Le dosage de la VLT et du 6-MH exige un seuil minimal d'hormones. Chez les malades, ce seuil n'est généralement pas atteint (c'est mon cas). Pour obtenir le taux d'hormones, le malade met, en se couchant, un patch contenant une dose connue des deux hormones ; le patch délivre ses hormones lentement pour atteindre le maximum au moment de la prise de sang. Le taux des hormones produites par la glande pinéale est obtenu en retranchant du taux constaté dans le sang le taux injecté par le patch.

 

Les résultats sur le sommeil

            Ma femme qui est insomniaque a pu essayer le traitement pendant quinze jours. Alors qu'elle passait deux heures par nuit à lire pour occuper ses insomnies et qu'elle était fatiguée dans la journée, la pose d'un quart de patch a tout remis dans l'ordre : nuit compète, sommeil réparateur et plus de fatigue dans la journée.

 

Les résultats sur Parkinson

            Pour obtenir des résultats corrects, j'ai progressivement diminué les doses de dopamine, mon traitement classique, jusqu'au sevrage complet. Puis j'ai mis des patchs en commençant avec un demi puis en augmentant d'un demi patch tous les dix jours. Le but était de déterminer la dose nécessaire pour stopper les tremblements. Malheureusement des difficultés d'approvisionnement ne m'ont permis d'atteindre la dose de deux patchs que fin septembre, juste avant l'arrêt du test ; or je dois avoir besoin de trois à quatre patchs.

            Dès la reprise des patchs, la fatigue disparaît et le tonus revient, même si les symptômes parkinsoniens persistent (tremblements, sialorrhée, impossibilité d'écrire, voix faible et déformée).

            Après être passé à deux patchs, j'ai recouvré une voix presque normale et, depuis l'arrêt du traitement, j'assiste, impuissant, à la lente détérioration de mon élocution. J'attends avec impatience la reprise du traitement et j'ai bon espoir qu'en augmentant la dose mes symptômes disparaîtront.

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Témoignage de Jacques V……. Parkinson depuis 13 ans….

J’ai eu la chance de rencontrer le professeur Fourtillan qui m’a permis de commencer le traitement avec les patchs. Ma femme en a déjà donné le témoignage……

Mais je n’ai jamais eu assez de patchs pour que mon état s’améliore totalement.

Je suis arrivé pour une cure thermale à Néris les bains avec encore quelques patchs il y a bientôt 3 semaines. Ma marche et mon état général était amélioré comme à chaque fois avec la pose d’un patch tous les soirs. J’ai reçu plusieurs fois 20 patchs avec des périodes de rupture fréquentes...

Maintenant je suis à la fin de la cure. Je n’ai plus de patch et de nouveau je suis très mal…grandes douleurs abdominales, blocages des mouvements, difficultés importantes à la marche, rigidités musculaires généralisées, notamment visage figé, difficultés importantes pour m’habiller et j’en passe des symptômes qui reviennent invariablement quand je n’ai plus aucun patch.

JE PEUX AFFIRMER QUE JE SUIS BEAUCOUP PLUS MAL A LA FIN DE MA CURE QU’EN ARRIVANT…….

C’est pour dire le bienfait des cures sans oublier leurs coûts !!!!!!

Combien coûteraient les patchs pour soigner véritablement les personnes atteintes de maladies neurodégénératives !!!

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Carole […],

Parkinson

 

Le 6 mai 2019 j’ai assisté au théâtre Dejazet à Paris à la conférence du Professeur Fourtillan, présenté par le Pr Joyeux, sur la Valentonine comme aide possible dans le traitement de Parkinson. On ne m’a bien sûr pas confisqué mon téléphone comme cela a été écrit dans la presse.

 

 C’est seulement après que les auditeurs aient beaucoup insisté, à la fin de son intervention, que le Pr a proposé une possible intégration dans l’essai en cours avec les patchs. A aucun moment alors, ni depuis, je n’ai eu le sentiment d’être manipulée dans le déroulement des faits. Jamais l’accusation de sectarisme n’a eu de sens : libre d’entrer comme de sortir du protocole, la question de l’argent n’en étant pas une, puisque le Pr Fourtillan a confirmé à plusieurs reprises, aussi bien individuellement que collectivement, que les revenus modestes ne pouvaient être une source d’exclusion. Le dernier courrier à ce sujet, tout en rappelant le coût objectif de chaque traitement, demandait à minima que chaque patient s’engage à hauteur de 20 euros par mois, ce qui semble bien raisonnable !

 

Par ailleurs pourquoi la presse ne mentionne-t-elle pas que le Pr et sa femme ont eux-mêmes investi leur fortune personnelle dans la Recherche, sans se préoccuper du retour sur investissement ?

 

Pourquoi ces accusations outrées et ce vocabulaire fielleux ? « clandestin, sous le manteau, sauvage, illégal, patchs à 1000 euros » : accumulation de mauvaise foi.

 

Les medias hurlent au loup et entretiennent une diffamation toxique plutôt que de parler de la réalité, c’est à dire des effets de cette découverte sur les symptômes de la maladie, dont seuls les malades peuvent vraiment témoigner.

 

Si Mme Buzyn était atteinte par une maladie que la Valentonine améliore, souhaiterait –elle que cette découverte soit captive et empêchée par le ministère et la justice ?

 

On reproche au Pr Fourtillan d’avoir la foi, et j’ai l’impression d’assister à une nouvelle Inquisition, car vivre aujourd’hui sans renier une dimension spirituelle est suspect, surtout dans la science, qui se veut cartésienne, alors que Descartes lui-même a rêvé les bases de ce qui deviendrait le discours de la Méthode avant de l’écrire ! Mais qui veut noyer son chien l’accuse d’avoir la rage, et il semble y avoir une volonté de noyer la Valentonine plutôt que de lui faire une place, et cela dans le déni et le mépris des milliers de personnes concernées par la maladie. Quelle honte !

L’idée que les patients sont des moutons imbéciles que l’Etat paternel et bienveillant doit protéger n’est bénéfique que pour les censeurs qui veulent plus de pouvoir, plus de fausse légitimité pour leurs intrusions, et s’oppose totalement à la réalité.

 

Comme beaucoup d’autres, quand j’ai reçu l’invitation à rejoindre le protocole en me rendant à l’abbaye saint Benoit à Poitiers, j’ai lu attentivement le dossier scientifique détaillant la découverte et les effets de la Valentonine dans l’organisme, je l’ai partagé avec des amis médecins pour en évaluer la véracité et la fiabilité, et aucun mauvais retour n’a eu lieu.

 

Le Pr, au contraire de nombreux soignants, est d’une grande transparence, et j’apprécie d’être prise en compte comme une partenaire de ma santé, qui comprend et apprend de la situation, et non pas comme une voiture déposée pour réparation au garage de la médecine.

 

Je n’ai pas pu entamer le traitement avec les patchs et je le regrette, pour moi mais aussi pour les personnes de mon entourage qui attendent avec espoir de valider une voie évolutive plutôt qu’une dégénérescence dans leur santé.

 

Il me paraît logique et fiable de prendre en considération une approche thérapeutique qui offre une supplémentation adaptée selon le niveau de carence de chacun, et le fait au moment où l’organisme en a besoin, tout cela sans devoir passer par les voies digestives.

 

Je vois chez d’autres les effets secondaires dramatiques des traitements conventionnels de Parkinson.

 

Je garde une complète confiance dans le traitement proposé par les Pr Fourtillan et Joyeux, dont je salue le courage et la bienveillance.

Leurs détracteurs gagneraient à s’en inspirer….

 

Carole […]

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Mon père est atteint de la maladie de Parkinson depuis 8 ans.

Il a suivi pendant les 7 dernières années le traitement classique prescrit aux patients atteints de la maladie de Parkinson.

 

Sans surprise nous avons vu son état se dégrader petit à petit, en effet c’est une maladie dégénérative, son moral et celui de sa famille chutant avec lui.

 

Depuis 2018 il participe aux essais mis en place par le professeur Fourtillan.

 

A chaque fois qu’il recevait les médicaments sous forme de patchs son quotidien comme celui de ma mère -qui est avec lui constamment- s’améliorait de façon significative (moins d’insomnie, moins de tremblement, plus de facilité à se mouvoir, à parler).

 

Pour des patients comme mon père ce médicament est providentiel parce qu’on observe une amélioration, ce qui donne de l’espoir alors que cette maladie dégénérative n’en donnait jusqu’à présent aucun.

 

Cécile […]

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Témoignage de soutien à Jean-Bernard Fourtillan et à Henri Joyeux. Une parkinsonienne qui espère bien utiliser les patchs le plus tôt possible…

 

Cher Jean-Bernard, cher tous,

Je m’appelle Danièle et je suis atteinte de Parkinson depuis la nuit des temps… enfin… pas celle de Barjavel.

C’est moi qui aie fait le diagnostic. Il faut dire que je m’intéressais aux médecines douces, dites parallèles depuis longtemps et que je consultais Michel Bontemps, l’Henri Joyeux de l'époque car je pensais aussi que l’organisme étant un tout, il était stupide de soigner une de ses parties sans les autres car on avait toutes les chances de détraquer le tout.

J'avais quelques idées sur le sujet car j’étais chercheur à l’INSERM, ingénieur CNAM et Docteur ès sciences.

Je ne raconterai pas tout ce que j’ai fait car ce serait trop long mais après la médecine chinoise, l’acupuncture, la kinésithérapie, etc., je me suis retrouvée dans le cabinet d’un neurologue qui, après avoir vu les pattes de mouches de mon écriture, m’annonça que j’avais un Parkinson.

Je ne fus pas trop choquée car on en parlait peu à l’époque et je pensais que je résoudrais ce problème comme j’avais résolu les autres.

J’eus ensuite une dizaine d’années de relative tranquillité en prenant les diverses Dopa du marché sans avoir trop d’effets secondaires, mais depuis 2 à 3 ans j’ai au moins deux à trois fois par jour le nez qui se bouche complètement et m’oblige à respirer par la bouche, ce que je ne sais pas faire et ça me fatigue énormément : pendant et après cet épisode humide qui dure quelquefois 2 à 3 heures, je suis incapable de faire quoi que ce soit.

Des neurologues que j’ai consultés, deux seulement connaissaient ces symptômes, il paraît que c’est émotionnel, mais ils ne m’en ont pas débarrassée. Et à chaque fois, j’ai l’impression que je vais mourir.

 

Quand j’avais commencé de lire les données sur cette maladie, j’avais été étonnée qu’on sache aussi peu de choses car, enfin, une vingtaine d’années sans résultats ! ça ne pouvait vouloir dire qu’on ne les avait pas cherchés ? C’est vrai que mon métier de chercheur m’avait fait comprendre que la recherche était secondaire en France. Les dotations étaient ridiculement basses et au cours d'un séjour de longue durée aux USA, mes collègues m’avaient fait comprendre que mon salaire français était à peine la moitié du leur.

 

En lisant toute la littérature sur le sujet, il était fatal que je tombe un jour sur les livres de JB Fourtillan. J’ai tout dévoré, lu et relu. Je les ai prêtés à d’autres, même s’ils ne comprenaient qu’à moitié. J’ai expliqué, conclu et compris que ce mécanisme et son auteur auraient le prix Nobel même si ce n’est pas ce qui intéresse JB Fourtillan… (dommage ! pour une fois que les Anglais ou les Américains ne raflent pas la médaille !) car jusqu’à cette date personne n’expliquait le Parkinson, quelle en était la cause et le mécanisme, comment pouvait-on l’éviter et comment réparer les dégâts ?

JB Fourtillan explique tout ; entre-autre que la dopa n’est pas une guérison (hormone de substitution qui a de nombreux effets secondaires), mais sans doute, l’industrie pharmaceutique gagne-telle suffisamment d’argent avec sa vente, pour ne pas investir dans de nouvelles recherches.

Des autres hormones : la mélatonine est la mieux connue ; elle fut prise pendant longtemps pour l’hormone du sommeil, elle-même, jusqu’à la découverte par JB Fourtillan de la véritable hormone du sommeil, la Valentonine.

La troisième hormone, la 6-metoxy-harmalan a été purifiée également par JB Fourtillan qui a reconstitué le système dans son ensemble.

 

Les prélèvements de sang effectués sur 402 personnes, ont été faits de leur plein gré pour déterminer leur taux de mélatonine à 3h du matin, valeur nécessaire à l’établissement de la courbe de sécrétion.  Quand vous vous faites faire une prise de sang pour doser votre glycémie, appelez-vous cela une recherche sur la personne humaine et demandez-vous l’autorisation au ministre la santé ?

 

Le gouvernement d’Emmanuel Macron dont fait partie Agnès Buzin comme Ministre de la santé, ne tient aucun compte de ses concitoyens en passant outre leur avis. Il ne faut pas s’étonner si la France bouillonne depuis presqu’un an avec les gilets jaunes, porteurs du mal être général et du désintérêt pour un avenir incertain, vide d’envies et de certitudes, qui n’a rien d’assuré excepté les feux de poubelles, les dégradations des monuments, les bris de vitrines, l’insécurité  permanente qui tombe avec la nuit, les défilés de mécontents qui concernent tous les secteurs, publics particulièrement avec les personnels des hôpitaux, de la justice, de la police, de l’éducation, de la recherche, des crèches… et la liste est bien incomplète et ne demande qu’à s’allonger si nous avons assez de vocabulaire.

N’oublions pas que notre pays fut le cadre de la première révolution et que se battre pour la liberté et la justice n’a jamais effrayé les Français. Il suffit parfois d’une allumette pour que tout s’enflamme et soit remis en question.

 

Parmi tous les secteurs, celui de la santé est particulièrement touché ; Il y a eu l’affaire du Médiator et du Levothyrox qui laisse de l’industrie pharmaceutique une image peu reluisante (il y en eu d’autres avant ; il y en aura d’autres après), puis celle des vaccins, récente, qui n’a pas encore véritablement éclaté car, en France, il est difficile de critiquer ce qui touche à la vaccination : « Vacciner, c’est protéger », et vacciner c’est Pasteur ; ça ne se discute pas...

Pourtant, c’est Jenner (un Anglais c’est un comble !) qui utilisa la « vaccine » en observant que certaines pustules des pis de vaches protégeaient contre la variole, alors grande pourvoyeuse de cimetières et ce sont les Chinois qui s’introduisaient certaines croûtes varioleuses dans le nez pour se protéger contre cette maladie.

Et pour obtenir un vaccin, combien a-t-il fallu de morts ? Peut-être la protection aurait-elle pu coûter moins cher ?

Aujourd’hui, le vaccin est inséparable du nom de Pasteur et tout contradicteur est considéré comme ignorant. Pourtant, les vaccins ne sont pas exempts de dangers, principalement quand on y ajoute des substances diluantes (adjuvant) qui stimulent la réaction et permettent de vendre plus de substance vaccinale. C’est le cas du DT coq polyo. Et plus on vend de vaccin, plus on fait de bénéfices, évidemment.

Dans le cas du DTcoq, on ajoute des sels d’aluminium dont on sait (pas tout le monde) qu’ils sont éminemment toxiques pour l’organisme vivant.

La Food and Drug administration et l’OMS en ont fixé le taux maximum pour l’organisme humain et ce taux est plusieurs fois inférieur à celui qui existe dans le vaccin ! à quoi servent donc les organismes internationnaux ?  

 

Emmanuel Macron et Agnès Buzin ont été prévenus par lettre recommandée des Professeur JB Fourtillan et Henri Joyeux du danger mortel qu’ils faisaient courir à nos bébés.

Que croyez-vous qu’il arriva ?

 

Danièle […]

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Diagnostiquée Parkinson en 2010, je certifie avoir subi un dosage d’hormones à l’abbaye Sainte-Croix à Poitiers, en Mars 2019, sans application de patches.

 

J’ai rencontré des patients qui, les ayant portés, ont ressenti une amélioration de leur état.

 

Nous savons tous que la maladie de Parkinson ne se guérit pas à ce jour et que les médicaments utilisés actuellement ne sont qu’un pis-aller qui ralentit l’évolution du mal, avec des effets secondaires importants et en aggravation constante.

 

Je ne vois pas au nom de quelle « éthique » on ne nous laisse pas essayer ce traitement à partir du moment où nous en assumons totalement la responsabilité.

 

Gisele […]

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

Je comptais les jours et j’attendais pleine d’espoir l’arrivée des patchs transdermiques....

Atteinte de la maladie de Parkinson depuis l’âge de 51 ans, je n’ai de cesse de chercher ce qui peut me faire du bien, ce qui peut ralentir l’évolution de ma maladie. C’est de cette façon que j’ai pu prendre connaissance des travaux du professeur Fourtillan et qu’après m’être informée à propos de la glande pinéale et du système veille sommeil, j’ai eu immédiatement la conviction que les applications thérapeutiques (les patchs transdermiques) de cette découverte constituaient un pas de géant vers une santé meilleure.

Depuis l'annonce de ma maladie, je prends le moins de médicaments allopathiques possible, mais je n’ai pu refuser le redoutable « Requip », consciente des effets secondaires désastreux qu’il engendre, particulièrement les addictions. Je retarde le plus longtemps possible la prise de L-dopa (allez voir sur le Net les effets secondaires et vous comprendrez pourquoi.... Et inutile d'en parler à votre neurologue : il vous dira que c’est la maladie qui avance voilà tout…). Que voulez-vous répondre à cela ? Vous vous sentez coupable soudain d’être si exigeant...

Il ne gêne donc aucun médecin de prescrire des médicaments engendrant des effets secondaires désastreux ?

Pour s'en sortir, il fallait chercher ailleurs. Pour tenir debout. C’est une attitude bien humaine de chercher des solutions à des questions auxquelles la médecine traditionnelle ne sait pas répondre, même si elle essaye de faire croire le contraire.

En faisant des recherches, en interrogeant les uns et les autres (internet, revues alternatives), on découvre des points de vue différents, d’autres façons d’aborder la question de la santé.

C’est dans cet état d’esprit que j’ai entendu parler des travaux du professeur Fourtillan, J’habite en Bretagne et je me suis donc rendue en juin 2019 à une conférence au théâtre Dejazet à Paris.

Le Professeur Fourtillan y exposait l’état de ses recherches, et des découvertes importantes qu'il avait faites concernant la glande pinéale et le système veille/sommeil et ses applications dans le cas de la maladie de Parkinson.

Tout ce que j’ai entendu ce soir-là me parlait profondément et j’ai été immédiatement persuadée du bien-fondé de cette recherche.

La glande pinéale située dans le cerveau fonctionne moins bien chez les malades atteints de Parkinson et engendre un déficit hormonal qu'il s'agit de rétablir par l'application de patchs transdermiques que l’on applique chaque soir et que l’on enlève le lendemain matin.

C’est à la suite de cette conférence que j’ai écrit au professeur Fourtillan pour lui demander de participer au test.

J'ai ressenti une joie immense quand j’ai reçu quelques semaines plus tard une réponse positive pour y participer en intégrant un nouveau groupe.

Au mois de juillet 2019 nous nous sommes rendus avec mon mari à l’abbaye Sainte-Croix près de Poitiers. C’est un lieu d’accueil religieux comme il en existe beaucoup, tenu par les sœurs.

Les choses se sont déroulées comme elles nous avaient été indiquées par mail auparavant : nous étions une vingtaine de malades, beaucoup de parkinsoniens, quelques Alzheimer et quelques grands insomniaques, tous accompagnés par des conjoints ou des grands enfants. Après le dîner, la soirée s’est poursuivie par des échanges et des questions-réponses à propos de nos expériences réciproques. Chacun a pu poser des questions précises.

Le Professeur Fourtillan a pu à nouveau développer largement l’état de ses recherches, menées depuis des années. Il a donné des nouvelles de personnes déjà traitées par la méthode des patchs hormonaux.

Durant cette soirée chaleureuse, chacun a pu apprécier la générosité de cet homme, et surtout éprouver l'immense soulagement que représentait la perspective d'une amélioration de la maladie.

Je tiens à dire aussi que j’ai eu immédiatement le sentiment que le professeur Fourtillan était un homme profondément humain, disponible, il nous a permis de nous replacer en tant qu'acteur de notre vie, des acteurs qui agissent et qui choisissent. Il nous a respecté par son écoute, et nous avons fait librement le choix de suivre la voie du traitement qu'il préconise.

Au cours de la nuit passée à l'Abbaye Sainte-Croix, une prise de sang a été faite pour chaque personne, afin d'établir de façon certaine, l'état hormonal à prendre en compte pour le dosage des patchs.

 

Le Fonds Josepha.

J'ai souhaité participer financièrement en soutenant le Fonds Josefa qui finance le processus de production des patchs.

Certains aident la recherche pour le sida, le cancer, les maladies orphelines. Moi j'ai décidé en connaissance de cause et sans aucune obligation d'aider cette recherche pour les maladies dégénératives, dont le Parkinson.

Lors des prises de contact préalables avec le Professeur Fourtillan, j’ai reçu un état des lieux financiers qui expliquait très précisément le coût de ces tests et de ces recherches. Je me suis trouvée absolument libre de participer ou non financièrement, selon mes possibilités. J’ai bien compris que ce n’était pas une condition obligatoire.

Et d'ailleurs certaines personnes avec peu de moyens avaient pu participer de la même façon au test.

Au petit déjeuner, le Professeur Fourtillan était encore là, pour apporter à chacun des informations, des précisions, des mots rassurants.

Avant de se séparer, plusieurs personnes ont créé un groupe WhatsApp afin de se tenir informées les unes les autres.

Et je suis partie avec un ouvrage scientifique : La glande pinéale et le système veille- sommeil, Professeur Fourtillan, Editions Fonds Josefa. J’en ai fait profiter tous ceux qui autour de moi étaient intéressés.

 

Nous étions dans l'attente de l'envoi des patchs, quand est tombée la nouvelle, erronée, calomnieuse.

Nous avons tous subi de plein fouet ces fake news, et les réactions disproportionnées des autorités de tutelle, Ministre de la santé, agence nationale de santé et du médicament....

Je regrette que les journalistes n’aient pas pris le temps de s'intéresser sérieusement à ce sujet avant de se jeter à bras raccourcis sur le professeur Fourtillan en portant des jugements hâtifs et négatifs, faisant aveuglément confiance à l’agence nationale du médicament.

Le scandale n'incombe pas à ceux que l'on désigne partout actuellement, mais à ceux qui ont pris la lourde décision d'interdire tout net les traitements non dangereux de malades, que la médecine officielle ne sait pas guérir.

De plus, par leur voix ou dans leurs écrits, je suis devenue soudain : « une victime, un cobaye ! »

Victime, oui je le suis car après ce soi-disant « scandale », tout espoir d'amélioration de mon état se voit stoppé net. Et pour moi chaque jour compte....

 

Catherine G.

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

 Notre beau-fils atteint de la maladie de Parkinson suit depuis 2018 le traitement par patch (reçus épisodiquement suite aux difficultés d'approvisionnement) ce qui lui a permis de retrouver le sommeil, l'équilibre et l'espoir de guérir.

 

Cette découverte est admirable, sans effets secondaire.

 

Pour ces raisons nous soutenons le Professeur FOURTILLAN pour qui nous avons le plus grand respect.

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF

TEMOIGNAGE EN FAVEUR DU PROFESSEUR JEAN-BERNARD FOURTILLAN

ET DU PROFESSEUR HENRI JOYEUX

 

Ma maladie de Parkinson a été diagnostiquée il y a 8 ans. Depuis j’assiste impuissant à la progression inexorable de cette maladie.

Tout y est, l’écriture difficile, l’élocution perturbée, les tremblements, l’équilibre, la marche très problématique (en attendant qu’elle devienne impossible). La maladie n’oublie rien.

 

Je ne prends pas de la dopamine, mais de la Rotigotine. Mais aucun des traitements qui nous sont proposés ne sont efficaces.

Pourtant, les effets secondaires sont bien présents et souvent opposés au but du traitement proposé.

 

Devant cet état de fait catastrophique, pour quoi nous n’aurions pas le droit d’explorer une autre voie ouverte par des gens formidables compétents et totalement dévoués à la cause des malades ?

J’ai décidé de suivre cette voie proposée par les professeurs JOYEUX et FOURTILLAN.

J’ai donc fait le déplacement à Poitiers. J’y ai été accueilli par des gens absolument normaux, pas dans une secte, mais au contraire dans un lieu où l’orientation intellectuelle et religieuse été totalement respectée.

 

Le professeur FOURTILLAN est un chercheur passionné qui a consacré toute son énergie et ses moyens personnels à cette découverte ; on doit le laisser poursuivre son travail et attendre les résultats finaux pour porter un jugement sur les travaux réalisés.

 

Depuis quand, dans notre belle démocratie ont interdit à un entrepreneur d’entreprendre un projet qui s’avèrera gigantesque pour la santé du monde entier ?

N’est ce qu’une affaire de gros sous qui intéresse le lobbying des labos pharmaceutiques en collaboration avec l’ANSM ? Je n’ose pas le croire.

 

Je suis volontaire pour cet essai et prêt à les aider financièrement s’il le faut.

 

Mon choix doit être respecté.

 

De retour chez moi j’ai utilisé des patchs fournis par le professeur FOURTILLAN. Les résultats ont été rapides sans effets secondaires : j’ai retrouvé le sommeil !!!!! J’en ai encore les larmes aux yeux.

Dès que l’approvisionnement en patchs est interrompu la maladie reprend sa progression.

 

C’est le seul espoir qui me reste face à une descente aux enfers programmée par la maladie.

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF