Un grand espoir anéanti...

J'ai 71 ans et je suis insomniaque depuis ma jeunesse. Durant la majorité de mes nuits je me suis posé cette question : « Comment pourrai-je faire face à la journée ? ". J'ai consulté des spécialistes et tenté un grand nombre de thérapies différentes... en vain. Aussi depuis des années je prends un antidépresseur et un somnifère (avec tous les effets secondaires connus) ce qui me permet de « dormir » peu et mal …mais c’est mieux que rien !

 

 

21 avril 2017 à Saignelégier, petite ville dans le Jura suisse :

Une salle bondée suspendue aux lèvres du Professeur Joyeux. Après la conférence les auditeurs se pressent pour faire dédicacer leurs livres. Je lui présente un papier avec ce mot "Valentonine" (quelques semaines auparavant une personne de ma famille m'avait alertée à propos de cette « hormone du sommeil »). Il sourit et m'indique le site du Fonds Josefa.

 

J'entre alors en relation par courriel avec le Professeur Fourtillan, j'étudie avec un immense intérêt (même si je n'en comprends qu'une partie) son livre « La glande pinéale et le système Veille-Sommeil », je reprends espoir et me réjouis d'être incluse dans l'étude scientifique concernant les patchs.

 

Dans ses courriels il explique que le Fonds Josefa fonctionne grâce aux dons par souci d'indépendance et il fait appel à la solidarité.

 

 

Je passe la nuit du 29 janvier 2019 à l'Abbaye de Sainte-Croix, avec environ trente personnes. Nous ne bénéficions malheureusement pas de patchs car il y a des problèmes d'approvisionnement. Les explications scientifiques du Professeur Fourtillan concernant ses découvertes et l'esprit dans lequel il travaille (non pour gagner de l'argent mais pour soigner) me donnent entièrement confiance. Durant la nuit on nous fait, comme cela avait été prévu une prise de sang, pour doser nos hormones.

 

Fin août 2019, après un véritable parcours du combattant, le professeur nous annonce que nous allons recevoir chacun les patchs en septembre. Mais quels ne sont pas ma stupeur, mon indignation et… mon désespoir en regardant le 19 septembre les informations sur TF1… Parler de « charlatanisme » à propos d’un scientifique du niveau du Professeur Fourtillan au curriculum vitae si étoffé, c’est inimaginable !

 

En septembre 2015 on a détecté chez mon mari une fibrose pulmonaire idiopatique, maladie rare que la médecine actuelle sait ralentir mais non guérir. Je l’ai accompagné pendant ces quatre années jusqu’à sa mort le 2 septembre 2019. Je suis épuisée et désespérée en voyant mon avenir à nouveau bouché par les insomnies.

 

Qui donc montre tant de zèle à priver des malades de remèdes correspondant à des substances déjà présentes dans notre corps ?

Odile […]

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF