Nous tenons à témoigner en faveur du Professeur Joyeux et du Professeur Fourtillan.

 

Mon mari atteint de la maladie d'Alzheimer n'a plus de médicament (déremboursés par le ministère de la santé puisque n'ayant aucun effet), depuis un an environ.

Son neurologue et son médecin traitant ne donnent plus rien.

 

Nous avons tous les deux 89 ans et moi-même atteinte de troubles du sommeil depuis 70 ans, j'ai cherché sur internet un moyen en dehors de la médecine traditionnelle de pouvoir nous soigner.

 

Je trouve une vidéo conférence entre le professeur Joyeux et Fourtillan dévoilant sa formidable découverte sur le rôle de la pinéale.

 

Je rentre en contact avec la Fondation Josefa et téléphone au Professeur Fourtillan qui nous propose de participer à une prise de sang pour doser les hormones.

 

Nous acceptons, après en avoir parlé à nos médecins, de notre plein gré.

 

Nous sommes reçus le 15 avril 2019 à Poitiers avec gentillesse dans une Abbaye, hébergé et nourrit gratuitement.

 

Au groupe présent, le Professeur Fourtillan a tenu une conférence très détaillée sur sa Recherche. Scientifique et croyant, son but premier est de pouvoir soulager les malades en demandant un minimum de 20 euros par mois pour les plus démunis et plus pour ceux qui peuvent.

Pour lui il n'est pas question que l'argent soit un moyen de discrimination.

 

Je regrette l'acharnement médiatique. Où est la liberté de nous soigner ? Qu'un malade absorbe des médicaments aux effets secondaires allant jusqu'à la dégradation voire la mort ou les abandonne parce qu'avérés inefficaces n'est-ce pas une non-assistance ?

 

Nous n'avons pas encore reçu de patch mais vu les progrès sur des parkinsoniens, vu l'absence d'effet secondaire, nous désirons être libre de notre choix.

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF