Mon mari ayant d’importants troubles de mémoire depuis plusieurs années, nous nous sommes décidés à consulter, et finalement le diagnostic a été posé en mars 2016 à l’hôpital neurologique de Lyon dans le service du Docteur Croisile, après ponction lombaire et Pet-scan.

Avant cette confirmation médicale et sentant la possibilité de cette maladie, nous nous étions rendus à une conférence à Paris du Professeur Joyeux : comment prévenir Alzheimer et Parkinson ?

Nous nous sommes inscrits ensuite pour recevoir la lettre du Professeur Joyeux qu’il publie régulièrement sur le net.

C’est ainsi que nous avons reçus la lettre suivante : « Incroyable, Aloïs Alzheimer s’adresse à vous » (et la même chose pour Parkinson), relatant la découverte par le Professeur Fourtillan d’abord de la Valentonine en 1994 et ensuite du fonctionnement du système Veille-Sommeil qui régule les vies psychiques et végétatives de l’organisme, à travers la fonction endocrine de la glande pinéale et sa production des 3 hormones : Mélatonine, 6-méthoxy-harmalan et Valentonine. Et leurs possibles applications thérapeutiques.

Et l’espoir est né.

J’ai suivi pas à pas les éléments publiés, les vidéos (toutes disponibles à volonté sur le net), ainsi que les publications : « La glande pinéale et le système Veille-Sommeil. Applications thérapeutiques ».

 Fin septembre 2017, sachant que le Pr Fourtillan faisait une intervention dans le cadre du « Congrès International de Santé Naturelle » au Parc Floral à Paris, nous nous y sommes rendus, mon mari et moi et nous avons rencontré le Professeur Fourtillan à qui j’ai présenté mon mari. Nous lui avons demandé d’être contactés lorsque les patchs sortiraient car nous souhaitions essayer et profiter de sa découverte.

Ainsi en septembre 2018, nous avons été contactés pour venir à l’abbaye de Poitiers afin d’effectuer les tests de mélatonine et espérions-nous, recevoir des patchs. La soirée s’est déroulée de façon très simple et familiale, repas partagé, vaisselle partagée et échanges informels. En soirée le Professeur nous explique un peu plus avant sa découverte puis coucher avec le patch et réveil dans la nuit pour la prise de sang. Le lendemain départ après le petit déjeuner avec chacun 10 patchs à emporter.

Mon mari a pris ces patchs pendant quelques jours et il m’a semblé qu’il y avait un mieux. Très rapidement cependant faute de patchs, il nous est demandé de les couper et ce ne sont que des quarts de patch que nous appliquons, ce qui n’est pas suffisant et entraîne un arrêt de l’amélioration.

En janvier nous recevrons à nouveau des patchs et le scénario sera le même : à savoir amélioration, puis arrêt et régression à l’arrêt de ceux-ci qui ne peuvent plus être fournis.

Nous souhaitons pouvoir être traités par le Professeur Fourtillan, au travers des patchs et de sa découverte, à laquelle nous croyons, qui a des prémices prometteuses, aucun effet secondaire et alors même que la médecine actuelle n’a rien à proposer.

Nous précisons par ailleurs que c’est nous qui sommes allés chercher le Professeur, que nous avons souhaité le rencontrer, et participer en toute liberté à l’essai des patchs.

Le Professeur a indiqué le coût approximatif de ceux-ci et nous avons participé là encore en toute liberté et selon nos moyens, comme il nous l’a été dit à maintes reprises.

 

Cliquez ici pour télécharger ce témoignage au format PDF